lundi 30 mars 2009

MOB 47 Ep 84 (Uproar)

/

Ceci est encore une commande de Daz. je ne sais pas vraiment pourquoi il m'a demandé ce disque, puisqu'il est est encore trouvable un peu partout, soit en mp3 sur des blogs ou même carrément en vinyl, puisqu'il a été repressé récemment sur Havoc records. Mais bon ça me fait plaisir de le poster, j'adore ce 45 et c'est un des groupes qui m'a vraiment marqué. Je ne me rappelle plus si je l'avais découvert sur la compile I thrash therefore I am, mais c'est bien possible et je veux bien lui attribuer toutes mes découvertes à cette compile tellement elle m'a ouvert les yeux vers d'autres horizons musicaux.
Mob 47 est en fait le groupe pré Protes bengt. Même si on le sait pas, on peut facilement le déduire grace au son et notamment celui de la guitare. Avant chaque début de morceau, on entend un bourdonnement infernal, le même dans Protes bengt que Mob 47.
La version que j'aie est le repressage de 89, mais j'ai inclus dans le fichier la pochette du 1er pressage que j'ai emprunté à Punk rock picture sleeves.
Le groupe existe encore.

MOB 47 Ep 84 (9 mp3 en 320kbps + pochettes recto/verso = 21,5MB)

dimanche 29 mars 2009

HEYOKA Vu à la télé K7 demo 91 (DIY)



J'avoue, l'autre jour en vous proposant le Ep d'Heyoka, j'ai été un peu bref. C'était sous le coup de l'excitation! Mais faut me comprendre, ça représente ma jeunesse! Combien de fois je les ai vu en concert? Une dizaine de fois peut être! Faut dire que Dijon, j'y allais quand même assez souvent, que ce soit pour simplement trainer, voir des concerts ou jouer aussi. D'ailleurs c'est comme ça que je les ai rencontré les gens d'Heyoka, en allant jouer à Dijon.
Ca doit remonter à 91 je pense et ça devait pas être loin d'être leur premier concert. Nous, on était déja une bande de vieux briscards. T'imagines, on avait bien 25, 26 ans, on en était pas à notre premier groupe et celui dans lequel on jouait à cette époque s'appelait Blighted area.
On avait été contacté par une asso de Dijon pour un concert de soutien à cette asso qui s'occupait de récupérer des chiens de laboratoire. Qu'est ce que je dis un concert, un festival de soutien! Fallait voir le truc, ça se passait dans plusieurs salles de l'agglomération dijonnaise et si mes souvenirs sont bons, les groupes faisaient une petite tournée de ces salles.
On a rencontré Heyoka dans une salle immense, le genre qui pourrait accueillir un championnat du monde de motocross en salle. En passant, ça nous choquait pas qu'un obscure groupe punk hardcore comme le notre soit appelé à jouer dans cet sorte de Zenith provincial, c'était normal! Ah! l'insouciance de la jeunesse!!!
Naturellement, vu la prétention de l'évènement, il n'y avait rien qui marchait comme ce qui était prévu. Tous le monde était en retard et on était dans cette grande salle à fumer des clopes en attendant que ça passe.
Et on a vu cette bande de punks, alors forcément on s'est approché pour discuter. Je dis qu'on s'est approché, mais peut être que ce sont eux qui se sont approchés, bien qu'il me semble plutôt que nos 2 groupes s'approchaient timidement l'un de l'autre.
Voila comment on a rencontré les gens d'Heyoka. On a passé un bon moment avec eux, on a discuté, on a joué, on les a vu jouer, on a changé de salle, on a fumé des clopes, on s'est fait chier, tout ça dans un ordre aléatoire.
Dans la journée, on a quand même rencontré le type qui organisait le festival de soutien (faudrait que ça me revienne le nom). Un petit bonhomme brun, des lunettes, mal habillé, l'air exténué et une conjonctivite à faire peur. Disons pour être gentil qu'il avait l'air assez quelconque. C'est pas ses fringues classiques, ni son allure passe-partout qui le rendait quelconque, non il était tout simplement quelconque de nature. Il se serait affublé d'une veste à paillettes et d'un haute forme, aurait mesuré 2m, qu'on l'aurait pas plus remarqué. Avec une veste à paillettes peut être pas, mais je peux te dire qu'une conjonctivite comme il avait, ça passait pas inaperçu. Pour vous donner une idée, il était même plus prés de la myxomatose que du simple orgelet. J'osais même pas lui dire bonjour tellement je le trouvais répugnant avec son oeil qui suintait le pus. En plus, il se permettait d'être méprisant et dédaigneux. Je me demande si on s'est pas pris la tête avec lui. Il me semble bien qui si! J'irais pas jusqu'à dire qu'on l'a secoué un peu mais on a du un peu hausser la voix! Avec un teigneux comme Eric dans le groupe, ça m'étonnerait qu'à moitié!
Ca m'a pas du tout surpris (si un peu) après quand j'ai appris qu'en fait ce type était un pire escroc et que toute son asso, son festival de soutien, c'était en fait du flan. Dès que le concert a été fini, il est parti avec la caisse et les chiens ont jamais vu la couleur de la thune. Quand j'y repense, j'aurais du me fier à ma première impression, celle que me donnait son oeil chassieux et lui péter les deux jambes. Mais bon, vu que la clairvoyance et l'agressivité n'ont jamais été mon fort, je n'en ai rien fait.
Ca m'arrive quelques fois de voir des autocollants de cette asso sur des coffres de voiture (de moins en moins souvent naturellement), je repense à cette histoire et je me dis que les gens qui ont cet autocollant ne doivent pas être au courant qu'ils se sont fait arnaquer, autrement ils l'afficheraient pas si fièrement.
J'ai une petite préférence quand même pour la démo par rapport aux disques d'Heyoka. Je trouve qu'il y a un coté hardcore mélodique qui me convient plus. D'ailleurs à cette époque ils reprenaient Rat patrol de Naked raygun (qu'on trouve sur la K7), Anasthesia de Bad religion et malheureusement déja El pueblo unido. Je détestais et je déteste toujours ce morceau. Je le trouvais un peu facile et trop faussement fédérateur. Tous le monde reprenait en choeur sans réellement y croire et le refrain durait des plombes. Un vrai cauchemar pour moi ce morceau en concert! Mais eux Heyoka, l'aimaient bien. Ils l'ont d'ailleurs enregistré sur les 2 disques et sur cette démo.
Pour ceux qui ne connaitrait pas bien le groupe, il y a eut différentes chanteuses et celle de la démo était une petite bisontine. Elle a été ensuite remplacée par une allemande exilée à Dijon et par une dijonnaise. Un des guitariste a aussi été remplacé par un dijonnais. Je crois que celui qui est parti était graphiste. Je suis pas sûr, mais je crois que c'est lui qui faisait les pochettes, les dessins, le logo au moins sur la démo et sur le ep. Des informations à prendre au conditionnel, vu que ma mémoire n'est plus ce qu'elle était.
D'ailleurs, est ce que je vous ai dit qu'Heyoka se reformaient et qu'ils allaient même faire un concert à Dijon?

HEYOKA Vu à la télé K7 demo 91 (8 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso = 58MB)

samedi 28 mars 2009

FLIPPER Ha ha ha / Love canal Ep 80 (Subterranean/Alternative tentacles)

/

J'ai lu quelques trucs sur Flipper ces derniers temps. Alors je sais pas si on parle autant d'eux, si c'est parce que le label Water a réédité les disques ou si c'est parce qu'ils ont fait une tournée avec le bassiste de Nirvana? A vrai dire, je men fous un peu mais ça m'a quand même donné envie de réécouter.
Alors j'ai ressorti mon vieux vinyl que j'avais acheté d'occase chez Thrash et ça le fait toujours pas!! Je parle pas du Morceau Ha ha ha que j'avais découvert sur la compile Jellybeans, celui là, je l'aimerai toujours, mais l'autre face, bof...
Pourtant tout ce que j'en lis me donnerait envie d'aimer ce groupe, son cynisme, sa démarche artistique, son approche on ne peut plus personnelle du punk, son historique,... Mais j'accroche pas, donc je me donnerai pas la peine de ressortir le Lp et je me contenterai de rire avec eux en écoutant la face A de ce single.

FLIPPER Ep 80 (2 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso/intérieure = 15MB)

vendredi 27 mars 2009

V/A Single ticket to paradise Ep 85 (Neg. Fx)

/

Je parlais récemment de cette compile dans le post de Permanent damage et je crois qu'il est plus que temps de vous la proposer et en même temps temps de rendre justice au label Neg Fx. Bon je sais, je l'avais déjà fait mais en rajouter une couche, ça peut pas nuire!
Parce qu'il faut quand même imaginer la france de 85! Le hardcore même dans le milieu punk, personne ne sait ce que c'est. Alors qu'un groupe de mecs montent une structure dans un coin reculé de la france, qui n'est même pas proche de l'angleterre, c'est complètement hallucinant! Et que pour leur première production, ils sortent cette petite compile avec quelques uns des meilleurs groupes hardcore du moment, c'est tout bonnement surréaliste! Bon les groupes pour la plupart, vous les connaissez sûrement, peut être même que vous les avez découvert pour certains d'entre vous par le biais de Pay no more than.
Parce qu'en fait, j'ai déjà proposé pas mal de ces groupes. Je vous parlais tout à l'heure de Permanent damage, mais il y a eu aussi CCM, Rattus, Human being (le seul groupe français de la compile) et Cancerous growth. Non! Pour ces derniers, je ne vous ai jamais proposé de disques, mais je les associe toujours avec Psycho avec qui ils ont des membres en commun.
C'est bizarre que j'aie jamais posté le Ep de Powerage. C'est surement parce que je l'ai toujours trouvé moyen, mais bon si ça branche l'un de vous...
TA.S.K., c'est le grand inconnu de la compile et le nom réel est Tatuerade Snutkukar. Le seul autre truc que je connais de TA.S.K., c'est un morceau sur la compile I thrash therefore I am de BCT, mais ça m'a pas vraiment marqué. Sur Single ticket, non plus d'ailleurs!
A bien y réfléchir, c'est peut être la meilleur production de NegFx avec Rattus. Après, ça a un peu trop dérivé vers le metal et le hardrock. On dira que c'est l'époque qui voulait ça...
Sinon, je vous ai jamais raconté la fois où avec Gilles on est parti à la recherche de Bunker (si! J'en parle déjà dans le post de Rattus, c'est dire à quel point cette ville me traumatise)? Ça présente pas beaucoup d'intérêt en fait. C'était comme une sorte de quête du Graal à nous, dans laquelle tout ce que j'ai gagné, c'est d'exploser ma bagnole dans un rond point. Toutes les fois que je suis allé à Grenoble d'ailleurs, j'en ai ramené un mauvais souvenir, au point que je veux même plus y remettre les pieds. Et pourtant dieu sait que je ne suis pas superstitieux, mais Grenoble, non! Plus jamais! Rien que d'évoquer le nom de cette ville, j'en ai les sphincters qui se relâchent! Mais que ça ne vous empêchent pas d'apprécier cette compile!

V/A Single ticket to paradise Ep 85 (7 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso + insert recto/verso = 28,5MB)

jeudi 26 mars 2009

HEYOKA Ep 94 (Combat rock)

/

Parait qu'Heyoka se reforment. Parait même qu'ils vont bientôt jouer à Dijon. Cooooolll!

HEYOKA Ep 94 (4 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso + insert recto/verso = 34,5MB)


mercredi 25 mars 2009

BANNLYST La dem ikke lure deg Ep 84 (X port plater/Bootleg)

/

C'est Daz, fidèle lecteur et commentateur de Pay no more than qui m'a commandé ce ep. Il me dit qu'il les a vu en 85 à londres. J'imagine que ça doit être un concert parmi tant d'autres, parce que Londres en 85, même si la vague punk est depuis longtemps en train de s'étouffer dans son vomi, il devait quand même y avoir quelques bons concerts. Et d'après les souvenirs de Daz, Bannlyst faisait parti des très bons.
Moi, je vais pas vous raconter des histoires, Bannlyst il y a 2 semaines, je connaissais même pas! Va savoir pourquoi et de toutes façons on peut pas tout connaitre... Le nom, je l'avais sans doute lu des dizaines de fois mais il m'inspirait pas du tout. Peut être même que ce disque, je l'ai vu sur des listes à l'époque à des prix bradés et que je suis passé par dessus sans que ça me fasse ni chaud, ni froid?
Et je suis tombé sur ce pirate il y a un mois (Bon d'accord, j'avais dit deux semaines mais, le temps que je commande et le temps que je le reçoive, un mois moins deux semaines égale deux semaines, on est d'accord?). C'est bien que je sois resté toutes ces années sans même soupçonner l'existence de ce disque, ça me fait faire une très belle découverte et ça me donne l'espoir qu'en allant sur mes vieux jours, je puisse encore en faire.
J'ai dégoté sur une liste une K7 avec la demo de 83 ainsi qu'une discographie Lp (qui doit regrouper ce ep plus les morceaux de la split tape avec Angor Wat), seulement j'attends des nouvelles du type de la distro (vous voulez des noms?), et pas que pour cette démo. Je lui ai commandé des disques il y a 6 mois et d'après son dernier mail (parce qu'il m'écrit quand même régulièrement pour savoir si j'ai reçu les disques), il va me les envoyer encore une fois aujourd'hui. Donc qui sait, peut être qu'un jour je vous proposerai la démo de Bannlyst. En attendant...

BANNLYST Ep 84 (7 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso + insert recto/verso = 34MB)

mardi 24 mars 2009

REASON TO BELIEVE The next door Ep 88 (Nemesis)



Je me revois encore au pied du chateau de Murol où j'étais en train d'essayer d'égayer des vacances plus ou moins forcées. Quand je parle de vacances, j'étais en fait là bas en cure à La bourboule, et c'était bien pire que ce que vous pouvez imaginer.
Après la visite du chateau, j'avais encore quelques heures à tuer alors j'ai attendu dans ma bagnole en fumant des clopes et en écoutant mes dernières K7. Il n'y a rien de tel je trouve que la bagnole pour réellement apprécier de la musique. Ce sont des moments tellement vides quand on est assis derrière son volant, que les tympans absorbent le moindre son comme des éponges. Et toutes les fois que je pars ou plutôt que je partais, je me démerdais pour emmener des k7 avec des nouveautés. Cette fois ci entre autres, j'avais du amener une K7 avec HDQ, Snuff et Reason to believe, et j'étais donc au pied du chateau, je fumais et j'appréciais autant la vue, que le parfum de la nicotine, que ce que je me mettais derrière les oreilles. C'est ce jour là que je me suis rendu compte que j'avais de grosses préférences pour tout ce qui était mélodique. Je me suis réécouté la k7 2 fois et je m'en suis retourné à La bourboule pour mes soins du soir. Je doute de l'efficacité de respirer dans un inhalateur pendant 3/4 d'heure, quand on vient de passer un après midi sur un parking à fumer des clopes, mais bon...
J'avais donc découvert la mélodie par l'intermédiaire de Reason to believe, et j'allais pas en rester là! Avec Reason to believe malheureusement, j'allais pas aller très loin puisqu'ils n'ont sorti qu'un seul Lp. Mais par contre, ils ont ensuite joué dans Sensefield, et niveau mélodie, c'est encore monté d'un cran.
Ah, Sensefield!! Je me rappelle encore le soir où avec Le Glaud et Gilles, on a décidé sur un coup de tête de monter en belgique aller voir Sensefield, 4 walls falling et Avail en concert. On a roulé toute la nuit, visité des cimetières militaires et on est rentré après le concert. En fait cette musique, elle m'inspire que des histoires de voyage.
Murol, j'y suis retourné plus tard. J'avais dans mes k7 le 2eme Lp de Dugong, chef d'oeuvre absolu de la mélodie du 21e siècle, mais j'y ai découvert surtout que c'est chiant de se faire réveiller à 5 heures du mat par un troupeau de vaches qui entourent ton camion et qu'il y a des filles, plus tu les aimes, plus elles te quittent!
Et ce ep donc... La version que j'aie c'est le 2eme pressage et je l'ai quasiment acheté à sa sortie. Apparemment, ça a été une révélation ce Ep et il est parti comme la ps3 le jour de son lancement. Si vous voulez en entendre plus, vous trouverez le Lp When reason sleeps sur JoliCoeur et une demo sur Old school.

REASON TO BELIEVE The next door Ep 88 (6 mp3 + pochette recto/verso + insert = 32MB)

dimanche 22 mars 2009

PERMANENT DAMAGE Ep 85 (Reactor)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

C'est un disque que j'aie bien failli ne pas poster. J'ai commencé à le ripper et quand j'ai attaqué les scans, j'ai réalisé que l'insert était un poster et que ça allait bien me casser les couilles. Mais voila, j'ai pas pu m'en empêcher, j'avais une heure à tuer ce matin, je m'y suis donc collé. Mais ne vous attendez pas à du scan de haute qualité et si vous cherchez bien, vous allez trouver les raccords, mais bon, ça suffira comme ça, non?
Vous vous rappelez, c'est le disque que j'aie failli poster après le ep de Death sentence. C'était pas dans le but de faire une série, non ça dieu m'en garde! Mais parce qu'en fait dans le premier line up de Death sentence, il y avait 2 gaziers de Permanent damage. Ils n'ont pas du resté très longtemps. Autre groupe avec qui Permanent damage a un lien, c'est les fameux Depression. Il y a même un frangin d'un des mecs de Depression qui a joué dans Permanent damage. A moins que ce soit le contraire... En tous cas au niveau du son, ça ressemble beaucoup à Depression. Il y a ce coté metal assez lourd et totalement dépressif qui je trouve, est vraiment une particularité du son australien de ces années là. Pour terminer avec les liens de parenté, c'est Liz la guitariste de Gash qui a pris la photo de l'insert.
Alors comme vous pouvez le voir, Permanent damage trainait plutôt dans un milieu anarcho punk. C'est d'autant plus difficile à comprendre quand on voit les photos de l'insert du Lp sur lesquels on découvre le chanteur en amateur de combat de chien. Il y a quand même ce coté viril qui me dérange un peu chez PD, tenues militaires, gros muscles en avant... Bref...
A part ça, on a pu découvrir ce groupe en France sur une compile sortie sur NegFx le label de bunker. La compile c'était Single ticket to paradise et le morceau, Wasted dreams extrait de ce ep.
Attendez vous à ce que je la poste bientôt...

PERMANENT DAMAGE Ep 85 (3 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso + insert recto/verso = 20MB)

vendredi 20 mars 2009

LAW AND ORDER Anything but the critic's choice Ep 81 (Fetal)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Ca fait plus d'un an que j'aie commencé ce blog et je pense pas qu'il y ait beaucoup de monde qui consulte mes plus vieux posts. Ce qui veut dire que certains vont arriver ou sont déja arrivés à échéance. Et ça, moi je le vérifie pas, il faut me le dire.
C'est ce qu'a fait l'ami Daz pour ce Ep de Law and order, sauf que le lien était toujours valide. Bref, c'est pas grave, ça me permet de refaire un rip plus correct, puisque je retouche pas du tout le son d'origine. Avant, j'enlevais les craquements avec un logiciel mais je me suis rendu compte que ça enlevait aussi des fréquences. Donc maintenant, tous mes rips craquent mais le son est plus proche du son d'origine. j'ai réglé aussi la vitesse de ma platine et la durée des morceaux coïncide parfaitement avec celle annoncée sur les disques. Par contre au niveau scan, j'ai divisé la qualité par deux. A partir du moment que les textes sont visibles, c'est suffisant, non?
Donc, si un lien n'est plus valide, n'hésitez pas à me le dire, ça me rendra sevice. Si je fais des erreurs aussi, parce que voyez vous, je me suis rendu compte que pour le titre de ce ep, j'avais fait une erreur. Personne a rien vu, c'est cool.
Par contre, est ce que je suis obligé quand je reposte un disque de refaire un historique du groupe et tutti quanti? Par exemple est ce que je dois vous dire que Law & order est l'un des premiers groupes hardcore américain et l'un des plus sous estimé et que par la suite ils ont changé leur nom en Bollocks ou vous vous débrouillez tout seul? Je crois que vous allez vous débrouiller tout seul!

LAW AND ORDER Ep 81 (12 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso + insert = 30MB)

jeudi 19 mars 2009

DWARVES Salt lake city Ep 04 (Sympathy for the record industry)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

J'ai bien bien failli me laisser aller et céder à mes vieilles habitudes. Vous n'allez pas me croire mais j'allais me lancer dans une série australienne. Merde! On avait dit de l'aléatoire, du spontané, de la programmation anarchique! Je me suis repris au dernier moment, mais je vous assure, c'est difficile de se refaire!
J'ai donc trouvé ce petit 45 que je poste pour la pochette et uniquement pour la pochette, parce que musicalement j'ai jamais écouté. Enfin si! Juste pour ripper le disque. C'est pas terrible d'ailleurs! Mais la pochette...
Bien sûr, il y en a bien qui vont me chercher des poux et qui vont me traiter de sexiste parce que je promeus des disques avec des femmes à poils sur la pochette, mais pas du tout! Si j'adore tant cette pochette, c'est parce que je kiffe grave les nains (c'est trop mignon un nain!)! Mais pas les femmes à poil, non! Dieu m'en garde! A propos de dieu, je dirais presque que cette imagerie catho me gène un peu. Vous savez moi, j'en ai un peu rien à foutre des bondieuseries. Alors, qu'ils croient en un dieu si ils veulent, qu'ils le vénèrent en lui offrant des femmes à poils en pature s'ils en ont envie, mais je ne vois pas ce que vient faire un nain là dedans. Je trouve que c'est un peu dégradant pour l'image du nain et pour ne rien vous cacher, ça me choque!
Bon je sais, vous allez me dire que Dwarves ça veut dire nain, mais quand même, il y a des limites à pas dépasser. Alors moi je dis qu'un dieu qui respecte si peu les nains, je lui pisse à la raie. Quoiqu'à la réflexion, ça doit pas être facile à trouver la raie d'un dieu.
Bref! Superbe pochette qui m'inspire maintes réflexions philosophiques!
Et la zik, il a bien fallu que je m'y colle. C'est beaucoup plus mou et mièvre que ce à quoi je m'attendais. Je pensais écouter un punk rock nerveux un peu crade et je tombe avec le morceau Salt lake city sur du punk rock pop à l'ancienne aux mélodies bien prenantes mais un peu trop gnan gnan quand même. Je me demande même si c'est pas une reprise du style Stone & Charden ou un truc comme ça? Le reste, franchement, j'ai pas écouté...
Pour finir, on peut encore une fois saluer l'extrême bon gout des Dwaves avec ce magnifique logo qui me permet de ranger ce disque dans la catégorie Skulls & balls.

DWARVES Ep 04 (3 mp3 en 192kbps + pochette recto/verso = 9MB)

mardi 17 mars 2009

DEATH SENTENCE Ryan thanx for the support Ep 85 (Single bullet theory enterprises/Bootleg)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

C'est con, pour la série canadienne, j'aurais pu poster un Lp de Death sentence. J'aime beaucoup le 1er Lp et c'était tout à fait dans le ton de la série, c'est à dire du punk fortement influencé par le punk anglais du début 80. Mais j'ai oublié...
Alors je me rattrape maintenant en postant ce Ep, sauf qu'il s'agit pas des mêmes Death sentence, ceux là sont australiens. Enfin pas tous, puisque le chanteur Keith est un américain fraichement débarqué à Melbourne. C'est pas vraiment un novice puisqu'avant de s'expatrier, il était bassiste des fameux Condemned to death.
Son parcours musical en Australie n'est pas très clair, je ne sais même pas s'il a chanté sur les autres disques de Death sentence. Je sais juste qu'il a joué dans Vicious circle et qu'il a formé Condemned?, auteur du fantastique Lp Humanoïd or biomechanoïd. A la suite de ça, il est retourné aux E.U. et a joué dans Condemned attitude, groupe formé par des Ex Attitude adjustment et qui a ensuite raccourcit son nom en Attitude. Mais je crois qu'il faisait plus parti du line up.
Ce ep est assez remarquable et peu de groupes à l'époque jouaient aussi vite, à part Siege (à qui on peut vraiment les comparer sans le coté metal), DRI ou Lärm. la version que j'aie est un pirate sorti en allemagne en 99. Depuis, une discographie Cd Until the end of the sentence est sortie sur Burrito. J'ai jamais eu l'occasion de l'écouter.
C'est pas un peu chiant comme présentation? Moi en tous cas, elle m'emmerde...

DEATH SENTENCE Ryan Ep 85 (7 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso/intérieure = 19MB)

samedi 14 mars 2009

L.U.L.L. The highest wall Lp 87 (Starving missile)



Bon on va arrêter les conneries et on va revenir à une époque où on savait faire du hardcore. Pour être franc, c'est surtout l'époque où le hardcore commençait à un peu trop à fricoter avec le métal. Je dis pas que je n'y ai pas été sensible, mais si vous voulez mon avis, on a quand même du subir des horreurs!
LULL, comme beaucoup de groupes de l'époque donc, puisait ses influences autant du coté de Slayer que de Black flag, mais faisait parti (si vous voulez encore une fois mon avis) de ceux qui s'en sortaient pas trop mal. L'influence metal, c'est pas ce qui saute aux oreilles de prime abord, c'est plutôt cette grosse voix très mélodique, et à la réflexion je pense que c'est ce qui m'a séduit dans le groupe.
Lull, n'a pas toujours été influencé par la musique du diable. Le premier ep sorti en 85, est plutôt du genre HC punk européen, sympathique mais pas transcendant non plus. Je vous le posterai à l'occasion, si vous voulez. Ils ont sorti un 2eme Lp après celui là, Freakline en 89, où les influences sont plus à aller chercher du coté de Nomeansno ou Beefeater.
Je dirais pas que Lull étaient des opportunistes, je pense plutôt que les nombreux changements de personnel, les ont amenés à changer souvent de style musical.
Vous pouvez toujours en apprendre un peu plus sur le myspace du chanteur, Kent Nielsen.
Pour finir Lull, ça veut dire Leben und leben lassen et ça signifie, aimer et laisser aimer. C'est beau, non*?
Et pour la petite anecdote, j'ai acheté ce disque chez Laurent Zer. J'en profite pour le saluer.

* En fait, ça signifie vivre et laisser vivre. Merci à Fettah de m'avoir signalé mon erreur dans les commentaires.

LULL The highest wall Lp 87 (10 mp3 en 320 + pochette rct/verso + insert recto/verso = 66MB)

Libellés