dimanche 30 octobre 2011

CRAWLPAPPY 7" 91 (Blackout)



Maintenant que me revoilà connecté au monde virtuel, il va falloir reprendre les choses comme avant, poster mes 3 disques par semaine et surtout trouver quoi en dire. Dans le cas de Crawlpappy, c'est là qu'est toute la difficulté, parce que ça fait tellement longtemps que je l'ai sorti de son étagère que j'en ai oublié ce qui m'avait motivé à le faire. En gros, c'était sûrement lié à la série sur le NYHC, le vrai, celui des groupes de New york. Ça fait pas de doute mais après, j'avais sûrement une idée derrière la tête, une façon d'amener le disque. Et bien je m'en rappelle tout simplement plus. On va donc la faire classique, petite présentation des musiciens, description du groupe et c'est marre!
J'avais acheté ce disque parce que dans le descriptif, c'était présenté comme un groupe d'ex Agnostic front et Absolution avec le batteur d'Helmet. C'est vrai que j'aurais pu être très déçu avec un a priori pareil, parce que franchement, ça n'a pas grand chose à voir avec le HC viril d'Agnostic ou avec les rythmiques métronomiques de John Stanier. Mais pas du tout et s'il y a une chose qui m'a un peu rebuté au début, c'est juste le coté rock et surtout le look biker des zikos. Après je m'y suis fait (pas trop au look) et j'ai surtout apprécié l'approche noise et malsaine.
Pour ce qui est du line up du groupe, il suffit de se reporter à BandToBand, bien qu'il y ait quand même des oublis. Par exemple, aucune mention faite à Beef people, l'ancien groupe du chanteur, ni à Prong dont le guitariste est venu jouer de la basse sur les bonus qu'on trouve sur le cd, ni à Gin mill dont feront parti par la suite 2 des membres de Crawlpappy. Tout ça c'est du détail...
En gros, ce disque n'a pas grand à faire dans cette série sur le NYHC, mis à part le fait que c'est bel et bien un groupe de New york. Mais musicalement, on a faire à un truc un peu plus subtil et les textes, même j'y comprends pas grand chose, je suis sûr qu'ils sont pas mal, en tous cas moins cons que la plupart des groupes estampillés NYHC. Si c'est pas du parti pris ça!

CRAWLPAPPY 7"91 (2 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso/intérieure = 15MB)

vendredi 28 octobre 2011

V/A The 26th Ep 95 (Council)



Il y a un truc qui me fait chier depuis un certain temps, c'est d'avoir fait 2 blogs bien distincts. Je sais pas pourquoi j'ai fait ça et j'ai continué dans la lancée. Maintenant, j'adorerais en avoir un seul dans lequel je parlerais aussi bien d'emo que de punk français kbd ou de hardcore italien de la première moitié des 80's. Eh bin tiens, il suffit d'en parler pour le faire. Vu que je sais pas trop comment procéder pour le moment, je vais continuer les 2, JoliCoeur sous sa forme habituel et Pay no more than en incluant les articles de JoliCoeur. Ca va être chouette! Ça va être le bordel mais ça va être chouette!
Pour ceux qui ne suivraient pas JoliCoeur, j'étais en pleine série sur Kalamazoo avant d'être interrompu par un problème internet. On va donc continuer à Kalamazoo avec l'un des groupes les plus emblématique de là bas, j'ai nommé bien sûr les Constatine sankathi (c'est pour le nom, moi je trouve que ça pète Constatine sankathi de Kalamazoo, non?). Bon, j'ai plus de disques d'eux, je me donc rabattu sur une des compiles auxquelles ils ont participé, et celle ci a la particularité de regrouper que des groupes du Michigan, mais un seul malheureusement de Kalamazoo. Les autres sont du coin mais auraient très bien pu être de Kalamazoo. Surtout Bev.clone qui a partagé un split Ep avec Constatine sankathi. Et si on prend Wallside par exemple, ils ont sorti un split Lp sur un label de Kalamazoo, Makoto. Reste Nema dont je dirais pas grand chose parce que c'est grind ou plutôt HC bien bourrin et Mainspring dont il faudrait que je parle un jour ou l'autre. On a fait le tour de la compile...

V/A The 26th Ep 95 (5 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso + livret 12 pages = 25,5MB)

lundi 24 octobre 2011

The ABHORED Ep 92 (Earquake/Tir na n'og)



Trois semaines que j'ai rien écrit dans ce putain de blog! Ca m'était encore jamais arrivé depuis sa création. Trois semaines et j'ai pas le moindre scrupule! De temps en temps, je viens jeter un oeil quand j'ai un accès internet, mais sinon la plupart du temps, j'y pense même pas! Mais ça va pas durer, d'ici quelques temps, ma fenêtre sur le monde sera à nouveau opérationnelle et je reprendrai mes petites habitudes. En attendant, je vous balance un disque histoire de ne pas tomber dans l'oubli.
A la demande de quelques personnes, je vous propose donc ce Ep de The Abhored, groupe originaire du sud ouest de la france. Ce qui m'avait vraiment marqué avec ce groupe à l'époque, c'était une interview que j'avais lu d'eux, où ils disaient que si quelqu'un se permettait de critiquer négativement leur disque, ils se déplaceraient personnellement pour venir lui parler. J'avais abordé le sujet dans le post qu'a fait Xav sur eux sur son blog La cantatrice chauve et l'un des mecs m'avait répondu en disant que s'ils étaient aussi menaçants, c'était pour contrer les critiques qu'ils pourraient avoir dans certains zines fafs ou assimilés. Je ne suis pas donc pas concerné et en plus, il y a prescription, je peux donc en dire du mal. Bin voyez vous, j'ai même pas envie! Autant avant, je me serais pas privé (par pure méchanceté simplement), autant maintenant, j'en vois pas l'intérêt! Je vais vous dire, ces 3 semaines d'abstinence m'ont rendu plus serein. Quand je pense qu'avant, j'aurais pas hésité à le qualifier d'épais ce Ep, ce qui pour certains est peut être un compliment mais pas du tout pour moi. Mais aujourd'hui, j'm'en fous, j'ai rien à en dire à part que j'apprécie plutôt la réponse du mec de The Abhored sur le blog de Xav'.
Enfin bref, le groupe a commencé sa carrière en faisant de la Oi! et en participant avec le très pesant Gloire à la Oi! à la compile Christmas party sur Division nada et plus étonnament à la compile Dur d'oreille sortie sur Amanita. C'est assez surprenant quand on connait les productions du label qui sont bien éloignées de la Oi! mais ça doit être une question de géographie. A part ça le Ep a également été enregistré au studio Amanita et est sorti en parti sur le label de Fred Earquake (c'est pas son nom de famille, c'est le nom de son fanzine). D'ailleurs, c'est lui qu'on voit en photo en bas au milieu. Il a aussi sorti un recueuil de nouvelles écrit par le chanteur de the Abhored qui s'appelle Franck Michel (là non plus, c'est pas son nom de famille mais un pseudo). Ce gazier a également sorti un autre recueil de nouvelles sur Les belles lettres - Le cabinet noir. L'ordre des choses que ça s'appelle! Je sais pas ce qu'il a écrit d'autre???? Un des autres mecs de The Abhored participait à un zine qui s'appelait Wolfpack, zine orienté sXe.
Sinon, je vous ai dégoté des interviews du groupe sur Earquake naturellement et une autre sur ... je m'en rappelle plus. Seulement, je les ai oublié chez moi et comme j'ai envie de publier cet article rapidos, on dira que ce sera partie remise pour les interviews. A + donc pour un complément d'informations.

PS: Les voici donc ces interviews d'Earquake et de United blood. Ca commence par un article datant du tout début du groupe et ensuite il y a 2 interviews où ils parlent de YDL et des Krapules. Ce sera toujours plus intérassant que tout ce que je peux dire....

THE ABHORED Ep 92 (5 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso/intérieure = 25,5MB)



Libellés