mercredi 31 octobre 2012

EIZEN - Desarme o muerte (1st rehearsal 1985) Ep 12 (Who cares)



Une de mes grandes réussites au niveau fréquentation pour le blog en 2012, c'est le post des Vandales. Ça peut faire rêver, une septantaine de commentaires la plupart du temps passionnés, et parmi ceux là, quelques un assez pertinents. On ne parlera pas des éternelles anonymes qui n'ont pas compris que même un pseudo ne permettrait pas de connaître leur identité réelle et qui critiquent injustement mes arguments quitte à quelques fois les déformer. Appelons les les méchants anonymes! Je crois que pour ces anonymes là, les méchants donc, je commence à avoir sérieusement du mépris!
Il y a les autres anonymes, ceux qui prennent mon parti, et ceux là, je les aime bien. Quoique, s'ils pouvaient au moins se donner un pseudo, ce serait un plus. Parmi les commentaires de ces gentils anonymes, méchants anonymes ou pas anonymes du tout, il y a quelques points intéressants qui on été soulevés. Vous allez me dire que j'ai le goût de la polémique, mais c'est que j'ai que ça à foutre, tout comme vous: traîner sur internet et me lancer dans des débats stériles. C'est ça ma vie mec! Et je l'aime!!
Bon, revenons aux commentaires du disques des Vandales. Un anonyme a émis l'idée que ce serait en fait Hervé de Violation qui sortirait les disques de Who cares et que Who cares ne lui servirait en fait que de prête-nom. Bon, c'est une hypothèse qui se tient. Je pense pas qu'Hervè soit derrière tous les disques produits par Who cares mais quand on regarde bien toutes les raretés sorties par le label, elles proviennent toutes des enregistrements collectés par Hervé. De là à ce que ça soit lui qui décide de quel groupe va être édité sur le label, il n'y a qu'un pas.
Ensuite Pedro, qui ne prend pas plus de risque que les autres à s'exprimer mais au moins qui se présente, souligne le fait que tous les disques sorti sur Who cares ont un son de merde... Bon, c'est vraiment une question de goût. Je m'étais déjà fait la remarque que le son des prods Who cares? est vraiment brut de brut et qu'il n'a absolument pas été modifié. Ça me rappelle un peu le délire de certains viticulteurs et amateurs de vin qui ne ne boivent que du vin nature. Le principe du vin nature ou naturel, c'est de n'intervenir en aucune façon sur la fermentation du raisin qui se doit d'être bio naturellement. Ça donne toujours quelque chose de très particulier mais quelques fois ça tourne carrément a vinaigre. Alors la question que je me pose à propos d'Eizen, c'est est-ce que ça a la carrure d'un grand cru ou est-ce que ça ne peut servir qu'à relever un peu la salade? Personnellement, j'aurais bien rajouté un peu de souffre au moment de la fermentation malolactique, mais même, je sais pas si ça aurait fait grand chose. Je crois que comme disent la plupart des vignerons, pour faire du bon vin, faut déjà que le raisin soit bon. Et là dans le cas d'Eizen... je dis rien, parce qu'on va encore me reprocher de critiquer alors que moi, qu'est ce que je fais de mon coté?* N'empêche que je me dis, est ce que cet enregistrement méritait une sortie vinyle? La question est justifiée tout de même... Un groupe absolument inconnu, un son plus que moyen, 7 morceaux dont 3 qui sont joué 2 fois (ce qui fait que 4 morceaux en tout, vous avez bien compté) et au niveau de la composition, on peut pas dire que ça soit révolutionnaire... Et pourquoi ce groupe plutôt que des milliers d'autres ayant enregistré des répètes au son miteux en 85? Mais enfin bon, comme dans le cas du vin nature, je me dis qu'il y a des personnes qui doivent rechercher ça.
D'un point de vue historique, c'est quand même intéressant. Je parle de la petite histoire, celle qui nous concerne, celle du punk. C'est assez épatant par exemple de constater qu'un groupe dès sa première répète enregistre 4 morceaux qui tiennent plus ou moins la route (enfin qui demandent à être encore un peu travaillé). Ensuite, qu'est devenu ce groupe? Il y a un historique sur l'insert qui prend la forme d'un mail écrit à Hervé Violation par un des mecs du groupe qui n'en revient pas que quelqu'un puisse détenir un enregistrement aussi rare (franchement moi aussi ça m'épate). On apprends aussi que le bassiste et le batteur d'Eizen formeront par la suite Ruido de rabia. Est ce que c'est ce fait d'arme qui justifie l'édition de cette sombre répète?
Parlons un peu de ce disque. Comme toutes les sorties Who cares, ce Ep est limité à 300 exemplaires, dont 50 en série limitée. Il n'est gravé que sur une face étant donné qu'en tout et pour tout, on a 4 minutes de musique. Au niveau du son, on entend pas la basse, et pour cause, il n'y en a pas. A partir du milieu, un des canaux baisse de moitié en volume; j'ai enregistré 2 fois et ça vient pas de moi c'est sûr. A l'intérieur il y a un insert avec l'historique du groupe et les paroles. Ce qu'il y a de plus réussi dans ce disque je trouve, c'est la pochette mais elle est pas suffisamment remarquable pour que je garde le disque. Alors pour ceux que ça intéresse, il est à vendre 60 euros. Bon je sais, c'est un peu cher mais ce sont des choses qui se font. Tiens, il y a pas longtemps j'ai vu sur une distro le 12" de Marionetti qui est également une prod Who cares limitée donc à 300 exemplaires. Et bien sur cette distro, il se vendait 60 euros alors qu'il est sorti il y a un peu plus d'un an. Je tiens à souligner que la distro est française et de là à dire que celle ci a acheté plusieurs exemplaires d'avance histoire de les vendre 10 fois plus cher une fois le disque épuisé, ce serait peut être médisant mais tentant de le penser tout de même. Après tout, c'est assez français comme façon de fonctionner. J'ai vu aussi il y a peu de temps un mec qui vendait sur ebay le premier Ep de Gazoline à 25 euros. Bon ça peut paraître cher et ça l'est mais par rapport au prix que ça atteint (200 euros en gros), c'est tout à fait raisonnable. Sauf que le Ep que le type en question vendait est un pirate fraîchement sorti qu'on peut trouver à 6 euros si on cherche bien. Et pour bien démontrer que ce mec là a le sens du commerce, on peut rajouter qu'il a pas qu'un exemplaire mais qu'il les vend un par un histoire que d'éventuels acheteurs  puissent enchérir et surenchérir les uns sur les autres et que le disque parte à 35 euros. Bon, un bénef de 29 euros, c'est pas dégueu. Vive le punk et vive la france et surtout, vive le punk français!
Bon, ça en est fini de cette série sur le sur le sud de l'europe. Vous remarquerez qu'on a pas parlé de groupes portugais, crétois, siciliens ou niçois. Peut être que l'occasion se représentera. En attendant, j'arrête parce que plus ça vient et plus j'en écris long. A croire que mon plaisir est plus dans l'écriture que dans l'écoute du disque, ce qui dans le cas d'Eizen est flagrant, je vous le concède!

*c'est justement ce qui donne de la crédibilité à un critique, c'est d'être impliqué dans rien pour pouvoir donner son point de vue en toute objectivité. Et de toutes façons dès qu'on fait quelque chose, on s'expose à la critique, c'est exactement ce que je suis en train de faire!

EIZEN - Desarme o muerte (rehearsal 1985) Ep 2012 ( 7 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso + insert recto/verso = 12MB)
  

dimanche 28 octobre 2012

UZ JSME DOMA - Rock debut 7" 89 (Panton)


Pas très enthousiasmant cette série sur les groupes du sud de l'Europe, si?  Même quand on fait un détour par l'est?  Je m'en fous, moi ça me plaît et j'aimerais vous en proposer tellement plus mais un jour ou l'autre, il faudra bien qu'on revienne en France, il y a que ça qui vous fait vibrer! Promis, on le fera bientôt!
Bon, Uz jsme doma (prononcer Où j'mets doma), on  en a déjà parlé ici et tout récemment, on a évoquer l'histoire commune qu'avaient UJD et FPB. Faut que je revienne dessus? Non, c'est pas la peine! On soulignera juste qu'UJD aura attendu 3 ans après sa formation pour sortir son premier Ep. Ça a peut être un rapport avec le contexte politique du pays. En tous cas, si ils ont mis un peu de temps à sortir leur premier disque, on peut dire que par la suite ils se sont rattrapés en sortant 3 albums en 4 ans. Et vu la qualité d'écriture des dits albums, on peut que s'incliner devant le travail fourni.
Revenons un peu à FDP, on remarquera que les 3 membres ayant enregistré l'album font partie du line up de ce Ep. Après, ça devient un peu compliqué, il y a eu beaucoup de changement de personnel et peut être qu'un jour on aura l'occasion d'en reparler ou peut être pas...
Comme l'a préciser l'un des commentateurs sur FPB, UJD, c'est beaucoup plus folklorique et clownesque (c'est pas un peu exagéré?) que FPB, et d'entrée avec ce premier Ep ils placent la barre très haut. Pour le punkin moyen, c'est sûr que ce Ep peut paraître un peu versatile mais pour ceux aisselles pour qui le punk n'est pas figé, ça offre une voie des plus intéressantes, quoiqu'un peu trop éloigné du punk à mon goût. Ça se rectifiera par la suite, en mieux je trouve. Après comme dirait l'autre, chacun voit midi à quatorze heure à sa porte...
Je dois quand même préciser que le pressage n'est pas de très bonne qualité (sillons très peu profonds) et pour ce qui est des craquements, j'ai enlevé que les plus importants.  Espérons qu'un jour, UJD décident de sortir un disque avec ce Ep, des démos et des morceaux inédits. Ce serait pas con ça, non?

UZ JSME DOMA - Rock debut 7" 89 (3 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso/intérieure = 26,66MB)
 

mardi 23 octobre 2012

F.P.B. - Kdo z koho, ten toho Lp 91 (N.A.R.)




Voyez à quel point je suis une bille en géographie, je plaçais la tchécoslovaquie au sud de l'Europe. Heureusement que je viens de regarder une carte parce qu'il se trouve qu'elle se situe entre l'allemagne et la pologne (au sud de la polgne pour être exact, comme quoi...). Et je vous parle de la tchécoslovaquie mais c'est pareil, ça fait longtemps que ça n'existe plus, (je suis aussi une bille en histoire) maintenant, il y a 2 pays distincts, la république tchèque et la slovaquie, mais tout ça, vous le saviez déjà?
Sauf que F.P.B. était un groupe de Tchécoslovaquie puisqu'il a existé de 1981 à 87 et à l'époque la tchécoslovaquie n'était encore pas séparée et était encore sous régime soviétique. Autant dire que ça devait pas être facile de faire du punk et surtout d'enregistrer des disques dans de bonnes conditions. C'est pour ça que F.P.B ont enregistré cet album en 90, 6 ans après avoir splitté, c'est à dire tout juste près la révolution de velours. 
Bon, j'explique un peu. En fait F.P.B., c'était le groupe de trois des mecs de Uz jsme doma dont on a déjà parlé ici.  Ils ont fait partie de F.P.B. de 81 à 85 et ensuite ont rejoint UJD à part un qui a continué FPB pendant 2 ans. En 90 pour je ne sais quelle raison, les mecs de UJD ayant fait partie de FPB  décident d'enregistrer les morceaux de FPB datant de la période 81-85 et ça donne cet album au nom imprononçable. C'est sûr que le son n'est  pas celui des années 80 et on sent bien l'influence de UJD mais ça donne un truc terrible je trouve.Ça garde le charme des vieux groupes punks de l'est avec le son qu'ils ont tous rêvé d'avoir tout en ayant pas la complexité de la musique d'UJD (que j'adore ceci dit). Cette petite explication est plus complète et en anglais sur Wikipedia.
Durant son existence,  FPB n'aura pas sorti de disque à part un morceau sur la compile 1984 the third. Par contre lors de la reformation du groupe en 2008, Malarie records sort un triple cd, Kniha prani a stiznosti regroupant tous leurs enregistrements. Les deux premiers cds contiennent de la démo et du live et ils ont le bon goût de reprendre Joe Jackson, les Clash, China comidas, Killing joke etc. (à ce propos, sur le 7'' bonus, on trouve 2 morceaux en live, deux reprises, une de Residents et une de Killing joke. Les deux en langage local) et le 3ème cd contient contient l'album. Si quelqu'un a ce triple cds et tient à le partager, j'en serais ravi! En attendant, contentons nous de cet Lp aux douces saveurs de l'est, ou du sud pour ceux qui n'y entendent rien en géographie.

F.P.B. - Kdo z koho, ten toho Lp 91 + 7" live (19 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso = 96MB)
 

vendredi 19 octobre 2012

GENIA TOU XAOUS (Γενιά Του Χάους) - Lp 86 (Di Di)





Vous avez remarqué à quel point la cote des disques des groupes d'europe du sud des années 80 peut être haute? Je parle de la scène italienne que j'adore ou de la scène espagnole qui la talonne mais c'est rien à coté de la scène grecque. Tu trouves pas un disque en dessous de 150 euros, alors que je crois qu'à l'époque, tout le monde s'en foutait de la scène grecque, moi le premier. A croire que plus un pays est en crise et plus on spécule sur ses biens culturels. C'est bien, au moins il y aura les vieux punks qui pourront revendre leur collection de disques pour nourrir leurs gamins, après ça, ils auront plus qu'à crever quand notre tour viendra.
Bref, ne parlons pas des lendemains qui déchantent mais plutôt d'un passé dans lequel on se conforte et qui se monnaie plutôt assez cher. Ce premier album de Genia tou xaous, on le trouve sur discogs aux alentours de 200 euros. J'étais assez content, je me disais que j'avais un beau capital et que d'ici quelques temps quand la crise s'abattra sur la France, j'aurai de quoi nourrir mes gosses sauf que pour qu'un exemplaire cote aussi haut, il faut qu'il soit doté du poster que je n'ai malheureusement pas. Ma copie à moi ne vaut que 50 euros, ce qui fait le poster à 150 euros, ce qui n'est quand même pas rien! Ceci  dit, si toutefois vous avez ce poster et que vous désirez vous en séparer, je suis preneur. On coupe la poire en deux, je vous le prends à 75 euros et comme ça, on est gagnant tous les deux (je plaisante bien sûr, enfin pour ce qui est d'acheter un bout de papier hors de prix et de spéculer sur la musique que j'aime mais par contre je ne plaisante pas du tout sur le fait que je devrais sans doute me séparer de ma précieuse collection de disques dans les années à venir pour pouvoir simplement manger. J'y crois dur comme fer et ça me fout les boules! Pour me détendre, je pourrais toujours pendre un banquier ou deux, mais bon...).
Jamais on aurait pu croire de notre  point de vue d'occidental grassouillet sûr de notre avance en toute chose, qu'il y ait pu y avoir une scène punk aussi intéressante dans un pays comme la grèce dans les années 80, n'est ce pas? J'y étais allé dans ces eaux là, et ce dont je me rappelle surtout, c'est qu'on voyait encore plein d'ânes comme moyen de transport sur les routes et au large des pétroliers qui mouillaient. Dans la rue les hommes étaient quasiment tous moustachus et ne ne trainaient qu'entre eux. J'ai pas dit qu'ils portaient  des casquettes en cuir, non rien à voir avec les moeurs qu'on prête aux grecs habituellement. J'avais plutôt l'impression dans ces années 80 d'avoir fait un retour dans les années 30, alors d'ici à imaginer une scène punk dans ces conditions.... Et pourtant elle existait!
J'avais entendu dire ou j'avais lu, je ne sais plus, que le bassiste de Genia tou xaous était venu en france parce qu'il était fan de Thugs. Alors la question que je me pose, c'est pourquoi il s'est arrêté à Lyon au lieu de pousser jusqu'à Angers? Peut être qu'il y est allé à Angers et qu'il s'est rendu compte de la grosse connerie qu'il a faite? Toujours est il qu'il s'est installé à Lyon et une fois qu'il y était, il a joué dans Parkinson square, un des groupes punks français les plus ambitieux mais aussi un des plus sous-estimés. Un des albums de Parkinson square a d'ailleurs été enregistré en grèce. Et le son est plutôt pas mal tout comme ce premier Lp de Genia tou xaous d'ailleurs. Surprenant non? Enfin bref...
Pour la traduction des titres en langage clair ou pour l'écriture des titres en alphabet grec, désolé, j'ai pas pu faire grand chose. Les morceaux sont donc simplement nommés 1, 2, 3...  Le poster que vous trouverez dans l'archive est celui que j'ai volé sur discogs.

GENIA TOU XAOUS - Lp 86 (11 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso + insert = 75MB)
 

dimanche 14 octobre 2012

TAMPAX / HITLER SS split Ep 79 (Napalm)


Je dirais pas que quelques fois tout le charme des groupes punks est dans le nom, mais avouez que pour le coup, appelez son groupe Tampax ou Hitler SS, ça en jette, non! Après peu importe quel genre de musique tu peux faire, la cause des punks t'est tout acquise. Surtout en ces époques reculées où les cassettes remplaçait les mp3 et le bouche à oreille, internet. J'imagine ce que pouvait se dire les punks rockeurs et rokeuses à propos de groupes aux noms  si évocateur et je vais essayer de vous retranscrire une discussion avec le langage des jeunes de l'époque toujours à la recherche de la dernière sensation: "Salut les copains! J'ai ouïe dire qu'il y avait du coté de Pordenon (je vous rappelle qu'on est dans une série sur les groupes d'Europe du sud et que Pordenon est une ville d'italie qui se trouve à peu près au niveau de lyon) deux groupes punks super bath et qu'ils viennent de sortir le premier disque punk italien. Vous rendez vous compte, ces groupes portent les noms hautement provocateurs de Tampax et Hitler SS. Parait il que ces jeunes gens qui ont à peine 15 ans sont des fous et font des choses sur scène que désapprouve l'église. Je ne connais pas mais qu'est ce que j'adore!". Je suis pas sûr d'avoir vraiment retranscrit à la manière des jeunes italiens branchés de la fin des année 70 mais je dois pas en être loin quand même!
En vrai, c'est pas le tout d'avoir un nom qui déchire, il faut aussi que la musique assure un peu. Bon,on est à la fin des années 70 et faut pas s'attendre à des miracles mais je dois avouer que je suis pas insensible aux mélodies de Hitler SS. En plus de ça, des 2 noms, c'est celui que je préfère. Tampax, c'est pas que je trouve mauvais, mais leur punk rock crado m'inspire moins. Quoique j'aime beaucoup la guitare aiguë dissonante et pas calée sur le premier morceau UFO dictator, et sur les 2 morceaux, la basse et ses envolées surréalistes, un ensemble où chaque musicien semble jouer de son coté sans se préoccuper des autres, et le tout enregistré en un quart d'heure. Avouez que ça donne envie d'être écouté?. Après, ça reste du punk style KBD et c'est pas trop non plus ma came, mais mazette (comme diraient les jeunes italiens branchés de la fin des années 70), qu'est ce que j'aime ces noms de groupe!

TAMPAX / HITLER SS split Ep 79 (5 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso =31MB)

mardi 9 octobre 2012

GRB - Cuentos y leyendas Lp 88 (Blau)


Ça vous dérange pas si je fais une série sur les groupes du sud de l'europe plutôt qu'une sur l'italie comme c'était prévu à l'origine? Vous vous en foutez et de toutes façons l'Italie fait partie du sud de l'europe, il y a donc de fortes chances qu'on parle groupes italiens dans les posts à venir sur PNMT.
J'ai franchement été déçu quand j'ai acheté cet Lp de GRB. Je pensais tombé sur un truc aussi hystérique (presque italien pour le coup) que le Ep Estoy tan contento. Et non, visiblement les mecs avaient dans l'idée de faire un truc plus abordable et ça, ça gâche tout. Disons que le problème, c'est que le son n'est pas là. Malgré leurs efforts pour paraître plus mature (matte les photos au dos du disque qui me rappelle un peu celle du 3eme Lp de Dag nasty, glam punk style à la David Hamilton), ça sonne toujours comme un groupe de pays du tiers monde, ou comme un groupe français. Autant c'est acceptable et même préférable dans un cas comme le Ep quand c'est fou et débridé, mais quand ça se veut plus mure, faut envoyer les watts, il y a pas de secret! Tu me diras, il y en a qui aiment ce genre de punk ibérique avec la voix en avant et le son maigrelet mais personnellement, j'ai jamais été un grand fan, et c'est bien pour ça d'ailleurs que ma collection de groupes espagnols se réduit à une poignée de disques. Et c'est pour ça aussi que je vous propose ce disque aujourd'hui. Parce que visiblement, si le Ep se vend une fortune, ce que je comprends tout à fait (bin voyons), il en est de même pour cet album, et ça par contre, je ne comprends pas du tout! Bref, je pense pas avoir vu cet Lp sur d'autres blogs (j'ai pas cherché, mais il doit y être) et la seul fois où je l'ai vu sur ebay, il est parti à l'équivalent d'une journée de travail en france ou d'un mois de travail dans un pays du tiers monde. J'espère que le mec connaissait avant parce que si comme moi, il encensait le Ep et s'attendait à un truc du même acabit, il risque de regretter d'avoir perdu un jour de sa vie (ou un mois si le mec est Malien par exemple) pour s'offrir un truc plutôt passable. Mais peut être qu'il savait ce qu'il faisait? De votre coté, ça vous donnera l'occasion d'écouter ce disque, sans que ça soit nécessaire que vous vous ruiniez.
Parlons un peu de GRB.Vous savez déjà sans doute que GRB a été formé par des ex Ultima resorte (un des rares groupes espagnols de ma discothèque dont on a déjà parlé ici)et que récemment, le premier Ep a été réédité en Lp avec la première démo. Une fois que j'ai dit ça, je peux pas rajouter grand chose.

GRB - Cuentos y leyendas Lp 88 (15 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso + insert recto/verso = 74MB)
  

samedi 6 octobre 2012

CAESURA - wallparer the witness Cd 04 (Birds go south)



Ce disque fait partie de ceux que j'ai écouté tout l'été. C'est vous dire dans quel état d'esprit je me trouvais, guilleret et détendu! Tu m'étonnes! Difficile de s'enfoncer plus. Tous les jours, je me répétais, "à quoi bon...", tu vois le genre? Infréquentable quoi! Un putain d'été pourri avec Caesura en bande son parfaite!

Maintenant que l'été est terminé et qu'on s'installe doucement dans l'hiver avec ses journées qui raccourcissent, le froid qui rentre dans les maisons et le brouillard qui nous fait oublier le soleil, ça devrait mieux aller. N'empêche que je crois que je vais continuer à écouter Caesura et que ça va même devenir un putain de classique. Au départ, c'était pas franchement parti pour. J'adorais leur premier album More specific less pacific qui avait du faire parti de la bande son mon été 2004, un été bien pourri aussi. Bien pire que celui là. Le genre que je revivrais à l'infini si j'en avais la possibilité. Enfin bref, j'avais déjà bien accroché sur le premier album et un pote m'avait prêté celui là qui m'avait carrément déplu et que j'avais même pas pris la peine d'enregistrer. Alors va savoir pourquoi quelques années plus tard, je l'ai acheté? Certainement pour le mettre dans mon bac de disques à vendre en en oubliant même que je l'avais acheté. Et pourquoi donc, j'ai eu envie d'écouter Caesura cet été et pourquoi après 2 essais infructueux, ça m'a mis une telle taloche dans la gueule? Parce que j'étais prédisposé certainement et puis aussi parce que mes oreilles ont eu le temps de se faire à certaines sonorités et façons de jouer? Est ce que 10 ans auparavant, j'étais vraiment prêt à écouter un chaos tel que le morceau Giftwrapped? Alors que maintenant, j'en redemande! Malheureusement, y'en a plus... A part le premier album qui m'avait déjà talocher et puis le Ep que je trouve pas aussi intéressant. C'est peut être parce que je me le garde sous le coude pour un prochain été pourri. Il y a toujours ça qui pourra me réconforter!

CAESURA Wallpaper the witness Cd 04 (11 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso = 89MB)

mercredi 3 octobre 2012

NIGHTERS Drop down dead Ep 84 (New rose)


J'avais dans l'idée de faire une petite série sur le punk italien, qu'est ce que vous en pensez? Pour ça, il faudrait encore que j'ai du temps. J'ai rien de préparé à part ce Ep de Nighters. Et encore ça fait des semaines que je le traîne dans mon disque dur. C'est pas grave, on fera ce qu'on fera.
Avec Nighters, on est pas dans le hardcore tel qu'il se pratiquait en ce début des années 80 en italie. On est pas non plus je trouve, comme on peut lire dans la chronique de Flipside dans le punk clashien. Je sais pas où ils ont été cherché ça? Ça me fait un peu penser aux critiques qu'on pouvait lire sur Rancid quand la presse rock commerciale a commencé à s'intéresser à eux. C'est pareil, ils étaient toujours comparés aux Clash. Sans déconner, ils avaient du persil dans les oreilles ces journalistes à la con? Je les imagine essayer avec leur culture académique, de trouver des références pour définir Rancid. C'était pas dur, ils ne devaient connaître que 3 groupes punks: les Bérus, les Pistols et les Clash. Le tri a été vite fait, ça pouvait pas ressembler aux Bérus, il y avait pas de boite à rythme, et on était loin tout du génie créatif des punk rockers français et ça n'avait pas l'agressivité des Sex pistols. Restaient les Clash! Alors ces abrutis ont décrété que Rancid, ça ressemblait aux Clash. J'ai du m'écorcher les oreilles pour essayer de trouver une ressemblance. Je déconne, j'ai survolé le sujet parce que Rancid, j'ai jamais aimé et les Clash, pas plus que ça! Alors vous me direz, je manque de référence pour décrire la musique de Nighters. En effet, parce que pour ma part, je trouve pas que Nighters, ça ressemble à Clash (et encore moins à Rancid) mais plutôt à Manimal dont on a déjà parlé ici même sur ce blog. Du coup, j'ai fait des recherches et j'ai remarqué que les groupes étaient tous les deux de Rome et que dans chaque groupe, le guitariste se prénommait Massimo. Je me suis renseigné auprès du chanteur des Nighters et il se trouve qu'il s'agit bel et bien du même Massimo. Alors rien d'étonnant à ce que j'aime autant Nighters que Manimal. En tous cas beaucoup plus que Rancid, les Clash., et ce que peuvent écrire les journalistes rock!

NIGHTERS Drop down dead Ep 84 (4 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso = 32MB)
  

Libellés