dimanche 29 décembre 2013

HEYOKA - Etat des lieux! Cd 2012 (Zone onze/Deviance/General strike/Maloka/La distroy)
















Deux mille treize se termine, il est temps de faire un bilan pour l'année écoulée. Bon comme un con, j'ai encore oublié de faire mon top ten! Ça tombe bien tout le monde s'en fout et c'est bien pour ça que je vais me creuser un peu la tête. Alors il y avait quoi... Ah merde, je suis con, le top ten se fait traditionnellement en début d'année et non pas en fin d'année. J'ai encore quelques jours pour y réfléchir!
Le bilan par contre, je peux le faire maintenant? Allez roule ma poule, de toute façon, il y a pas grand chose à dire! Bon alors comme avaient su le prédire de grands poètes en début d'année, 2013, année de la baise? Il est encore trop tôt pour le dire. Et puis je suis pas là pour parler de moi mais de ce putain de blog. Ce qu'on peut dire pour l'instant c'est qu'il y a eu un sacré ralentissement, pour pas dire un freinage brutal. Si on fait parler les statistiques, on peut se rendre compte qu'on est passer de 117 publication à 72, 25% en moins quand même! Alors sans aucun doute 2013, année de la baisse!
Changement notable, c'est l'union des blogs Jolicoeur et Pay no more than. C'est ce que j'aurais du faire depuis le début, un seul et même blog et parler de toutes les musiques que j'aime sans me soucier des différentes étiquettes. C'est pas impossible par la suite, si la motivation revient que Jolicoeur devienne un blog uniquement consacré à des critiques de disques voir à des interviews de groupes. Un webzine quoi! Je dis bien si la motivation revient parce que je ne sais pas si vous avez fait gaffe mais j'ai bien failli tout envoyer chier cette fin d'année! C'est pas dit que ça n'arrive pas à nouveau.
Dernier point et pas des moindres, 2013 aura été l'année de ma consécration et ça grâce à mes plus fidèles lecteurs, j'ai nommé Riri, Fifi et Loulou... Bon, c'est pas vraiment comme ça qu'ils s'appellent, mais j'ai pas envie d'exhumer leurs noms, ils ont disparus de la surface virtuelle et ça ne me dérange pas plus que ça. Quoiqu'ils m'ont tout de même rendu un sacré hommage en faisant un pastiche de mon blog qu'ils avaient nommé Pay no less than. Malheureusement, ils n'étaient pas à la hauteur de leurs espérances et le blog a vite capoté pour disparaître définitivement dans l'indifférence la plus totale. Mais enfin avouez le tout de même, quand on commence à être parodié, c'est le début de la gloire! Et la gloire, n'est ce pas ce que je recherche? Donc remercions ces fameux loustics. Regrettons seulement qu'Ali de Who cares records ait pu faire partie de ce quatuor et qu'il ne donne plus signe de vie avec son label, parce que quoi qu'ait pu en penser certaines personnes dont lui, j'appréciais qu'il y ait un label tel que Who cares en France.

C'est bien assez long pour un bilan que personne ne lira, passons au disque que je vous propose aujourd'hui. Bon, je vous l'avais annoncé en grande pompe quand j'avais intégré le groupe Heyoka et 2013 aura été pour moi l'année de la découverte d'une scène que je ne connaissais pas réellement. Enfin, ça m'aura surtout permis de me rendre compte que la scène punk française est scindée et que les différentes parties sont totalement étrangères les une aux autres. Mais quelques fois, ça se retrouve et c'est bien, ça permet de faire de belles rencontres.
Ce 2eme album d'Heyoka aura fait partie de mon top ten 2012. Enfin, il aurait pu en faire partie si 3 semaines après l'avoir acheté, Jack bassiste du groupe ne m'appelle pour me demander si je voulais bien prendre les baguettes. Je pense que je m'imaginais pas à l'époque ce qui m'attendait. Enfin toujours est il que s'il m'avait pas appeler, cet État des lieux serait vite devenu un classique pour moi et c'est sans doute ce qu'il est devenu pour beaucoup d'entre vous. Non? Comment ça... Bon il est temps de l'écouter et c'est pour ça que je vous en fais don aujourd'hui. Ça fait un moment que le groupe est rentré dans ses frais, les disques qui restent se vendent encore et on pourra pas retenir encore longtemps les pirates virtuels de partout et d'ailleurs. Il n'y a qu'une seul chose que je regrette par rapport à ce disque, c'est de ne pas jouer dessus, mais si ça avait été le cas, ce serait plus le même disque.
Bonne fin d'année et pensez à votre top ten.

HEYOKA - Etat des lieux! Cd 12 (12 mp3 en 320kbp + pochette recto/verso + livret 12 pages = 88 MB)
 

mercredi 25 décembre 2013

COLT TURKEY - Chrtistmas sucks! Ep 90 (Crucial response)

















Tout est dans le titre, rien à ajouter! Comme quoi, il y a toujours moyen de trouver des disques punks parlant de Noël!
Putain Noël, période de merde! Et je crois que les personnes de Colt turkey partageaient mon avis, surtout quand on sait que derrière ce patronyme se cachent les membres de Mannlifting banner, groupe phare de la scène sXe européenne et communiste convaincu. Ah le communisme... C'est vrai, comment ne pas être nostalgique... Le rideau de fer, les dictatures, les goulags, l'épanouissement par le travail, George Marchais... Bon, je ne sais pas exactement ce qu'entendaient par communisme les gars de Manlifting manner/Colt turkey. Ils voyaient peut être plus le partage, la solidarité et le combat contre le capitalisme.
Et Noel dans tout ça, c'est sûr que comme symbole du grand capital et de la consommation à outrance, ça se pose là! Et comme massacre institutionnalisé aussi! Je suppose qu'en tant que straight edge, les gars de Manlifting banner/Colt turkey sont végétariens ou vegans et l'assassinat de million de dindes, chapons, oies et Cie pour se goinfrer comme des porcs ne doit pas les réjouir plus que ça. On est d'accord là dessus! Noël pue!
Et ce disque alors?  Franchement pour une plaisanterie, ça joue plutôt pas mal et si on est loin de la qualité de Manlifting banner (pas tant que ça!), ça n'empêche que ça s'écoute très bien quand même. Il y a même des morceaux qui m'ont fait taper du pied, et vu à la vitesse à laquelle ça joue, croyez moi c'est un prodige, si ce n'est un miracle!
Je vous souhaite à tous un sinistre Noël!!

COLT TURKEY - Christmas sucks! Ep 90 (6 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso/intérieure =  26 MB)

dimanche 22 décembre 2013

SHUTDOWN - Ep 94 (Potential ashtray)


























Contrairement à ce que me disait Laurent Zer, les requêtes à 2 balles qu'on me fait ne sont pas uniquement des cds, il y a également des vinyles. Heureusement qu'il y en a aussi qui se vendent une misère mais l'inconvénient avec le vinyle, c'est que ça tient une place monstre, alors l'envie de tenter est moindre d'autant que les frais de port sont monumentaux. Ca devient difficile de s'approvisionner moi je vous le dis!
Et parmi ces disques à 2 balles, ça je vous le dis aussi, il n'y a pas que de la merde. La preuve, ce Ep de Shutdown qui m'a été demandé par un ami de Toulouse.  Entre nous, c'est un disque qu'il possède mais qu'il voulait avoir en version mp3 pour l'écouter en faisant son jogging. Ca tombait bien, il était dans mon bac de disques à numériser.
Shutdown, on en a parlé il y a peu de temps avec le split Shutdown/Smog Uk et à vrai dire avec les morceaux de ce Ep, on reste à peu près dans la même lignée, pour pas dire que les morceaux de ces 2 disques aurait pu en faire un seul. Comme sur le split, on a droit à une reprise qu'on pourrait presque prendre pour un morceau du groupe. Sur le split, c'était Blondie et sur ce Ep, c'est une reprise de The Beat. Ne me demandez pas qui c'est, je n'en ai aucune idée....
Si vous aimez le punk mélo à la Samiam, ce disque est pour vous, sinon passez votre chemin mais promis la prochaine fois, on parlera de quelque chose d'un peu plus... ou d'un peu moins... Enfin, vous verrez bien!

SHUTDOWN - Ep 94 (4 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso/intérieure + flyer = 29MB)
  

mercredi 18 décembre 2013

UNDERSTAND - Cd Ep 94 (Equal vision)





















On m'a fait beaucoup de requêtes ces derniers temps, il y a pas de soucis, si je peux rendre quelqu'un heureux simplement en numérisant un disque, il y a pas de raison que je le fasse pas. Mais il y a une chose que je n'arrive pas à comprendre, c'est que la plupart des disques qu'on me demande se vendent 1, 2 ou 3 euros. Pourquoi les personnes qui recherchent ces disques ne les achètent pas directement? T'as rien à perdre pour une somme pareil! A part de la place bien sûr, parce qu'avec ce genre de raisonnement, je vis au milieu de cartons remplis de disques que je n'écoute jamais mais qui me permettent d'alimenter ces putains de blogs avec des requêtes de disques à 2 balles.
Understand, j'avais vraiment beaucoup apprécié le Ep sorti sur Armed with anger dont on a déjà parlé ici et j'avoue que ce Cdep sorti sur Equal vision m'a beaucoup moins emballé. Pourtant merde, Equal vision, un label americain avec des groupes prestigieux dessus! Enfin prestigieux faut le dire vite...  En tous cas, il y a eu quelques bons groupes sur ce label... Et peut on classer Understand parmi ces bons groupes? Vu le prix auquel se vend ce disque, je pense pas mais bon s'il fallait se fier au prix de vente pour juger de la qualité d'un disque, il y a longtemps que vous auriez déserté PNMT. Bon bref, Understand, c'est pas si mauvais que ça. C'est une sorte de post hardcore à la Quicksand avec un chanteur un peu moins bon. Ils ont sorti un paquet de disques, tous trouvables à des prix dérisoires. Alors si ces disques t'intéressent, achète les ou demande les moi, sait on jamais, peut être trainent ils dans un de ces cartons qui m'encombrent tant.

UNDERSTAND - CdEp 94 (4 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso/intérieure = 35MB)
 

vendredi 13 décembre 2013

CRAWLPAPPY / SHEER TERROR - Split 7" 90 (Suburban voice/Blackout))

















 On termine cette série sur les Eps des groupes New yorkais des années 80 avec un 7" sorti au début des années 90.
Autant vous le dire tout de suite, je déteste Sheer terror! J'ai toujours haï cette musique de petites bites qui rêvent d'être grosses. Il y a non seulement cette attitude virile exécrable mais en plus de ça, la musique est à chier! Jugez par vous même... La voix est répugnante comme tout ce qu'a fait Sheer terror et musicalement, c'est une espèce de hard rock poussif joué par des punks, à moins que ça soit le contraire. Quant aux paroles, je préfère ne pas penser à ce qu'elles peuvent contenir.
Non, si je programme ce disque aujourd'hui, c'est parce qu'on m'a demandé du Crawlpappy. J'avais déjà proposé le 7" Temple body qui est pour moi un des monuments du post HC  new yorkais. Pour ce split 7" on reprend la même recette, c'est à dire un hardcore teinté de gros rock et d'une bonne influence Helmetienne. Les mecs (bin ouais, encore que des mecs....) ont joué avant ça dans Beef people, Agnostic front, Prong, Damage, Six of violence, Raw deal (tiens donc...), j'en passe et des meilleurs!
Les mecs de Sheer terror (là aussi que de mecs, mais des vrais!) ont surement joué dans d'autres groupes mais à vrai dire, j'ai pas envie de me pencher sur la question. Il y a juste le chanteur qui aurait fait un passage dans Fathead suburbia, il en parle dans l'insert du Ep pirate que je vous avais proposé ici il y a déjà quelques temps.
Ce 45 tours était distribué avec le fanzine Suburban voice # 29 et est d'après discogs sorti sur le label Blackout. Pas de pochette et pas de titre pour Crawlpappy.

CRAWLPAPPY / SHEER TERROR - Split 7" 90 (2 mp3 en 320kbps =15MB)

samedi 7 décembre 2013

KILLING TIME - Unavoidable Ep 96 (Blackout)





























On continue toujours la série des Eps des groupes new yorkais de la seconde moitié des 80s. Bon je suis un peu hors série là d'accord, mais si le disque est en effet de la seconde moitié des 90s, Killing time lui est bel et bien un groupe des années 80.
Pour les ignares qui viennent là pour apprendre (bin vous êtes mal barrés!), Killing time c'est le nom qu'a pris le groupe Raw deal pour je ne sais quel raison, surement une histoire de groupe portant déjà le même nom. C'est vrai que Killing time, c'est vachement plus original! Donc Raw deal change de nom en Killing time et avant ça certains des mecs (bin oui, il y avait que des mecs...) ont joué dans Token entry groupe mythique de New york s'il en est et Breakdown groupe mythique aussi mais pas des plus fameux ayant participé au renouveau de la scène de New york à la fin des années 80. On trouve Breakdown sur les deux compiles vinyles références du NYHC, New york city hardcore et New york hardcore, c'est dire! Ils sont aussi sur New breed (dispo ici chez moi) ainsi que Raw deal. Ca c'est pour poser les bonhommes, pour que vous vous rendiez compte qu'on a pas à faire à des baltringues. Si on rajoute à ça que Killing time sort un album magistral en 89, un truc qui moshe en diable rempli des morceaux courts et brutaux que tu te prends en pleine gueule, ça finit de te brosser le tableau.
Le hic c'est que Killing time ne s'arrête pas là et prend un tournant beaucoup plus rock dès le premier Ep Happy hour qui sort 2 ans après le monstrueux Brightside. Je parle de hic parce que pour un amateur de new york hardcore sans concession, et c'était mon cas à l'époque ce virage peut paraitre décevant. Mais finalement on s'y fait et ce deuxième Ep Unavoidable qui sort 7 ans après le chef d'oeuvre est à mon gout tout à fait appréciable. On peut y entendre une reprise de Germs, et les autres morceaux je le précise, ne sont pas des reprises Thin lizzy (j'exagère, l'influence rock n'est pas aussi flagrante, en tous beaucoup moins que sur le Ep précédent).
A part ça, c'est à ma connaissance Killing time qui a introduit la mode du bouc dans la scène de  la grosse pomme, le bouc étant une sorte de moustache camouflée en barbe.
Killing time a sorti 2 albums à la suite de ce Ep que je n'ai pas le loisir de connaitre. Les 2 démos de Raw deal sont disponibles sur différents supports. D'ailleurs je m'y perds un peu, est ce qu'il y a 2 demos, ou une seule ou plusieurs? On se penchera peut être sur la question une prochaine fois...

KILLING TIME - Unavoidable Ep 96 (4 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso + insert =18MB)

Libellés