jeudi 31 décembre 2015

CONDENSE / SKULL DUGGERY - split 7" 96 (Jazz to come)



















Cette série sur les compiles françaises des années 90 m'a donné envie de replonger dans la scène de l'époque. A moins que ça soit le contraire...  Toujours est-il que j'ai ressorti mes vieilleries françaises de la fin du 20ème siècle et qu'en ce moment, j'en bouffe pas mal et j'aime ça. Résultat des courses, vous allez en bouffer vous aussi mais pour ceux pour qui estiment que la bonne musique doit avoir au moins 30 ans d'age, rassurez vous, on alternera série française avec série HC californien originel, ça vous va?
Je croyais que Skull duggery était du sud de la France, genre Tarbes ou Bordeaux mais l'adresse sur le disque indique Paris. Condense eux j'en suis certain étaient de Lyon. Je les ai vu quelques fois en concert. C'est pas que j'étais super fan mais en concert c''était bien et surtout, ils ne me laissaient pas le choix. J'aurais pas fait 100 bornes pour les voir mais souvent, ils faisaient la première partie de groupe que j'allais voir. Enfin souvent... J'ai bien du les voir au moins une fois par album, c'est à dire 3 fois mais je suis quasiment sûr que c'est beaucoup plus. Quand je dis que j'étais pas fan, c'est exagéré, disons que j'aimais pas tout. Le morceau de ce split 7" j'aime bien par exemple. Je trouve qu'il a un petit coté Black flag, dérangeant et violent.
Skull duggery, c'est pas le même style. Là pour le coup on est plus dans la noise à la française avec un chant féminin, c'est pas si fréquent. Pour un groupe de Bègles, c'était pas mal du tout!
La pochette a été réalisé par Yvan Brun qui est également Lyonnais comme le label Jazz to come. Apparemment, il devait y avoir un livret 12 pages à l'intérieur. Le mien ne fait que 4 pages, c'est peut être pour ça que je n'y comprends rien à la bédé d'Yvan.
Un petit regret comme souvent avec les 7"s français, c'est la durée, même pas 6 minutes. Deux morceaux en plus auraient facilement tenus. Je me plains mais je trouve qu'il y a une belle association sur ce disque, 2 bons groupes assez différents l'un de l'autre, une chouette pochette. Bon, on va se contenter de ça!




CONDENSE / SKULL DUGGERY - This is good : Sadness 7" 96 (2 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso/intérieure + livret 4 pages = 15,5MB)

dimanche 27 décembre 2015

V/A Collection privée Ep 83 (Poison noir)
















On va clore cette série alternée sur les compiles françaises avec une requête que m'a faite Reinhard. On sort un peu de la série puisque le disque n'est pas un cédé mais un vinyl et qu'il date des années 80 et non pas des années 90. Mais on est pas à quelques détails près.
On trouvait déjà ce disque sur d'autres blogs comme la cantatrice chauve mais le blog est en stand by depuis un moment et le lien est mort naturellement. Donc, je me vois dans l'obligation de vous en parler.
Difficile de trouver des infos et à part l'encart de New wave qu'on trouve sur le site Euthanasie il n'y a pas grand chose qui nous en apprends un peu plus sur cette compile. On va résumer déjà ce qu'on sait, c'est que le label Poison était un label de Chambéry tenu par les gaziers de Ctakahoo SS/Stakanov ss/Memorial voice. D'après un Chambérien qui a commenté le 2eme Ep de Stakanov ss, Jean-Luc de Stakanov/etc. aurait aussi fait partie de Division leclerc. Et on trouve 3 de ces groupes sur la compile Collection privée. On est jamais mieux servi que par soi-même.
Deux autres groupes sont en fait un seul et même groupe, ce sont Fuck wave et Diskolokaust ce qui nous fait sur 8 groupes, réellement que 5 groupes.
Au niveau des groupes qui ne sont qu'un on a Electrodes dont on a déjà parlé ici à propos de leur Ep qui nous font un morceau pas terrible chanté en anglais. On enchaîne avec Coronados, ça chante aussi en anglais (ou peut être que ça chante en français mais avec un accent anglais. Les groupes français nous ont plutôt habitué à l'inverse) et c'est pas mieux. Memorial voice, c'est un morceau très court dont une version censurée existe déjà sur leur Ep. Faudrait que je vérifie... Pareil pour Stillers, morceau très court (1er morceau HC français?) qu'on trouve sur leur Ep sorti sur Poison noir et j'en ai déjà parlé ici avec grand plaisir. Punk à boite à rythme avec texte pas finaud pour Diskolokaust. Ils sont français? Non, ils sont suisses. On trouve donc un ou des membres de Stakanov/Memorial voice dans Division leclerc et on reste dans le même style, punk bancal un peu approximatif. C'est la même chose pour Stakanof bien sûr mais en désaccordé. Diskolokaust s'appelle pour terminer cette compile Fuck wave et le morceau que je connaissais sous le titre Diskolokaust s'appelle Rock igt rock et c'est vachement mieux que l'autre morceau de Diskolosst, normal, c'est leur tube!
A part ça, super compile qui témoigne bien de la scène française de l'époque et de son esprit d'entreprendre. C'est pas magnifique d'avoir fait avec 5 groupes une compile de 8 groupes en plus d'avoir récupérer 2 morceaux d'autres disques? Le système D français ça s'appelle! Il manque le petit insert qui nous aurait été bien utile mais on se contentera de ce qu'on a, n'est ce pas?

V/A Collection privée Ep 83 (8 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso = 24MB)




vendredi 25 décembre 2015

EXSONANT - Coated / Jazz 7" 95 (Makemyday)




























Ceci est le cadeau de Noël pour Fab qui m'a demandé si j'avais quelques trucs de Exsonant. Ils n'ont pas sorti grand chose Exsonant et à part ce 7" il n'existe qu'un mini cd sorti sur Pandemonium grand label français de Marseille des années 90.
Et eux Exsonant d'où étaient ils? Il y a de grandes chances qu'ils fussent de Lyon, plusieurs éléments sur ce disque me permettent d'affirmer ça. Déjà, c'est sorti sur Makemyway qui est le label de Dangerhouse une boutique de disques de Lyon. Le gazier est plutôt branché garage/vieux punk je crois mais on trouve de tout dans sa boutique du moment que c'est rock au sens large. Au niveau de son label, c'est aussi plutôt orienté garage (voir le flyer) et Exsonant est la seule production avec des accents modernes du moins pour l'année. Et pour qu'un groupe aussi différent soit au catalogue, c'est sans doute parce que c'étaient des proches du magasin.
Autre élément qui me permet de penser que le groupe est lyonnais, c'est qu'ils ont participé à la compile That's the way cookie crumbles et que dans le livret, il y a leur adresse et qu'ils sont effectivement de Lyon. Ca, c'est du travail d'investigation!
A part ça Exsonant, c'est la grande époque noise française et si c'est pas mieux que beaucoup de groupes de l'époque, c'est pas plus mal! Les 2 titres de ce 7" s'écoute sans déplaisir, je dirai même que j'en redemande. En tous cas au niveau de l'artwork, ils ont fait fort, c'est juste dommage que ça manque un peu d'informations et qu'il n'y ait pas les textes. A part ça Joyeux Noël!

EXSONANT -Coated / Jazz 7" 95 (2 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso + flyer = 16,5MB)

mardi 22 décembre 2015

V/A L'art primitif Cd 93 (On a faim!)



























Avec cette compile, on est pas loin de ce que je détestais dans la scène punk française de la fin du 20ème siècle. Pas le coté engagé, ça c'est plutôt un bon point. On sortait des années "touche pas à mon pote" et l'antifascisme était assez ancré dans les mentalités. L'engagement d'une façon générale était bien ancré et la prise de position également. Maintenant, on a le sentiment que tout le monde s'en fout! On est juste des consommateurs au milieu d'autres consommateurs. On ne pense plus , on consomme, et encore, on consomme virtuel. Bref, j'ai l'impression qu'il y a quelques années, le punk était autrement plus subversif. Dites moi si je me trompe ou si je parle comme un vieux con?
Le punk était plus engagé mais il y avait aussi beaucoup de donneurs de leçons et je peux comprendre que ça ait pu en dissuader d'autres d'étaler leurs convictions. L'autre problème en ces années post rock alternatif, c'est qu'on avait droit à tout et à n'importe quoi en matière musicale. Ça peut être un atout, le métissage après tout c'est enrichissant, n'est ce pas? Je ne vais pas me faire plus consensuel que je suis et je dirais pas que j'aime le raggamuffin et que je l'ai toujours aimé. Non, c'est vrai que c'est un genre de musique qui me broute même si je suis assez convaincu que le mélange est bénéfique mais j'aime pas, non j'aime pas! Et attaquez la compile par du ragga avec Digital skank et son texte assez juvénile ça me dissuaderait presque d'aller plus loin. Et c'est pas Ben barka et son punk rock alternatif qui pourrait me persuader de persévérer. Ça commence à devenir un peu plus intéressant avec KNPT qui me font un peu penser à Ausweis mais c'est qu'un leurre, le deuxième morceau est abominable!
Je me rappelle avoir lu une interview dans les années 90 de Panik (ceux là même qui avaient sorti un mini Lp récemment réédité par Euthanasie et qui chantaient du Piaf sur 1984 the first) où ils disaient exister encore et faire maintenant du hardcore metal. Vu le morceau, c'est tout à fait ça, du HC metal comme ça se faisait en cet fin du 20ème siècle par des ex punks et qui rappelle un peu Hoax ou Powertrip...
Les meilleurs morceaux de la compile sont pour moi sans aucun doute ceux de Tears of a doll époque Norbert au chant. Bref c'est du Heimat-los!
Je ne sais pas si vous avez des amis liseurs et que vous êtes liseurs vous même comme c'est le cas pour moi parce qu'il s'est passé un phénomène étrange ces 6 derniers mois. Dés qu'on parlait bouquin, on en venait systématiquement à parler du dernier Virginie Despentes. Tu l'as lu le dernier Despentes? C'est ce qu'on me demandait. Ce que je pensais de Despentes c'était que c'est de la lecture pour vieux rocker fatigué, comme moi et je vois peu de personnes dans mon entourage pour partager ce genre de bouquin. Toujours est il que plusieurs amis lecteurs m'ont posé cette question en rajoutant "elle s'améliore vraiment au niveau de l'écriture" ou "c'est de mieux en mieux", etc.. Même mon émission de radio préférée, le masque et la plume s'y "est mis et n'ont pas tari d'éloges sur le dernier Despentes, le deuxième Subutex en fait. C'est vrai qu'il m'a plu ce bouquin!! Il m'a dérangé aussi. C'est sans doute que je me suis reconnu dedans et j'y ai reconnu aussi beaucoup de potes. Faut dire qu'elle brosse un portrait de ma génération qui n'est guère flatteur ou qui est plutôt assez réaliste. Trop réaliste d'où la gène. Il faut bien qu'on l'accepte, on est une génération de losers et Virgine Despentes en parle à merveille et pour cause, elle l'a côtoyée.
Et moi pourquoi je vous parle de Virginie Despentes? C'est parce qu'elle était chanteuse dans Straight royeur à l'époque où elle habitait sur les pentes de la Croix rousse. Il me semble bien que Gilles le guitariste de Haine brigade jouait aussi dans Straight royeur. Maintenant il est directeur d'une grosse salle de rock subventionné et accessoirement journaliste de rock, génération de losers je vous dis! L'autre chanteuse de Straight royeur, Cara Zina est aussi écrivaine. Au niveau du style de Straight royeur, on a à faire à du du rap engagé avec une guitare électrique. Ça parle de la condition de la femme. C'est du Despentes quoi!
Power wakan, j'ai beau écouté, et dans la seconde qui suit j'ai oublié ce que c'était. Je me demande même si j'oublie pas au fur et et à mesure que j'écoute ou même si j'écoute..On trouve quelques journalistes dans Power wakan. On trouve aussi des anciens membres de Krull dont les morceaux sur la compile sont pas loin d'être les meilleurs qu'ils aient composé.
Toutes les fois que j'écoute Original disease, ça me rappelle à quel point leur précédent groupe, Final blast était bien plus excitant.
On revient un peu au rock alternatif avec Raymonde et les blancs becs. Enfin rock alternatif parce que ça chantait en français et qu'il y avait des influences multiples? Je ne peux m'empêcher d'aimer ce groupe, ou au moins de  l'apprécier ou de le respecter. Peut être parce que je les ai vu en concert et que c'était bien en concert. Sur disque aussi d'ailleurs, pour de la fusion c'était bien!
Qu'on ne vienne pas dire de mal de Désert culturel ici. J'adorais ce groupe même si ils n'ont jamais été valorisé par leur son. J'ai appris récemment en lisant une interview posthume (dans le fanzine A bords perdus 2 datant de 2010 à peu prés et l'extrait est à consultable à droite) que les Désert étaient influencés par le métal et que leur objectif s'il en avait eu les moyens techniques, ça aurait été de faire du metal. C'est bizarre, ça s'entend pas. Peut être à cause du son pourri justement. Tant mieux parce que je crois que ça m'aurait moins plu si ça a avait sonné métal. En même temps, un peu plus de gros son, ça aurait vraiment pas nui.
Le morceau des Informers est un live et l'annonce du morceau faite par le chanteur est comment dire... assez pathétique. J'ai jamais aimé Informers. C'était trop, comment dire...
On finit comme on a commencé par Digital skank et ça me plaît toujours pas!
Pour résumer, on dira que cette compile mérite d'être écouté essentiellement pour les quelques morceaux hardcore de TOAD, Krull, Désert culturel.... Et par la présence de Staraight royeur. Pour le reste, c'est dispensable mais la compile a au moins l'avantage d'être varié, de taper dans des styles différents et d'être sorti sur un label on ne peut plus clair et actif. Peut être un modèle à suivre en ces temps un peu confus. Si on était pas tous devenu des gros légumes comme ceux que Despentes décrit dans Vernon Subutex, on en serait pas là! On pense qu'à nos gueules et à notre petit confort et voilà où on en est! Il serait temps de ressortir des compiles comme celle ci, variée, métissée et engagée. Et vive le vie!!!

V/A L'art primitif Cd 93 (19 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso/intérieure = 137MB)



samedi 12 décembre 2015

V/A The bastards can't dance - A tribute to Leatherface Cd 04 (Snuffy smile)



















Pas facile de faire un tribute je trouve. Ce qui fait l'attrait d'un groupe, c'est pas forcément ses compos, son son, son inventivité ou sa technicité, c'est en grosse partie ça mais ça va un peu plus loin. Et même si le morceau est bon, s'il est repris par un autre groupe bon lui aussi, il sera pas obligatoirement aussi bon. C'est une lapalissade mais c'est pas toujours évident dans la tête des groupes qui reprennent. On croit s'approprier le talent en même temps que le morceau mais c'est pas aussi facile!
Dans le cas d'un tribute comme celui qu'on a sous les yeux, c'est même rare que ce soit satisfaisant. Un tribute à Leatherface, ça me parait d'une prétention sans nom! C'est sûr que le talent y est pour beaucoup dans la qualité des disques du combo de Sunderland et se lancer dans une aventure comme celle là, moi je trouve ça hautement audacieux, voir téméraire.
Il y a pourtant quelques groupes qui s'en sortent bien une fois qu'on a oublié que l'original était déjà presque parfait. Je trouve Que I excuse ne sont pas si mal. Presque aussi bons que les originaux. Ça me donne envie de réécouter les disques. Il y a quelques groupes dont j'avais jamais entendu parler et qui s'en sortent bien, par exemple Drift age, The urchins ou Zero fast...
Il faut préciser tout de même que tous les groupes sont japonais et que j'ai pas une grande culture punk japonais. Peut être que ces groupes sont connus là-bas mais moi, ça ne me dit pas grand chose. A part Long ball to no-one et 1000 travels of Jawarharlal dont je vous avais déjà parlé (, et ) . Ces deux là s'en sortent honnêtement, quoique Jawarharlal n'est pas du tout dans son registre habituel avec un Shipyard au piano (comme l'original mais chanté plus faux). Pour le reste, je vous laisse découvrir...

V/A The bastards can't dance Cd 04 (13 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso/intérieure = 89MB)
 

vendredi 4 décembre 2015

V/A That's the way cookie crumbles Cd 97 (Kerosene)































Hugues de Blogaway avait peur qu'en parlant de ce genre compile, je marche un peu sur ses plates-bandes. Je crois qu'avec celle-ci, c'est ce que risque d'arriver! C'est ce que je me disais avant de la réécouter et finalement pas tant que ça. J'avais le souvenir d'une compile plutôt punk melo ou punk emo si vous voulez, quoique j'ai toujours eu un peu de mal à accepter cette étiquette. Le punk emo ou emo punk n'étant pour moi que du punk melo ou du punk pop et ce n'était qu'une nouvelle étiquette pour désigner quelque chose qui n'était pas assez neuf pour être appeler autrement que ce que c'était, du punk mélo! Mais je digresse et ça n'a pas vraiment d'intérêt.
Je disais donc que le souvenir que j'avais de Kerosene, le fanzine mais aussi le label, c'est que ça tournait plutôt autour du punk melo (ou punk emo) et pas tellement autour de la noise. C'est pourtant le cas de cette compile qui est partagé entre punk emo et noise à la française. Partagé j'ai bien dit et pas du tout mélangé. On attaque la compile avec des groupes plutôt noise et assimilés, il y a un virage punk au milieu et ça revient vers de la noise pur et dure vers la fin. Mais parlons un peu de ces différents groupes:
J'attendais pas trop Fake hyppi sur ce terrain là, pour moi c'était du punk mélo à la française (burning & Co) et c'est plutôt post HC un brin noise. C'est assez original, la voix est excellente et c'est pas loin d'être mon morceau préféré de la compile.
Par contre avec Pregnant et Exsonant, je suis pas tellement surpris, plutôt post hardcore dischordien pour les premiers et noise à la française pour les seconds.
Toxic mildred n'ont malheureusement sorti pas grand chose à part ce morceau que je trouve vraiment excellent. Quelqu'un en sait plus?
Keneda clôture la première partie noise/post hardcore avec brio et on attaque la série punk avec Shu gang ultra influencé par l'écurie Fat wreck.
C'est assez particulier de trouver Zabriskie point sur cette compile. Je dirais pas qu'ils n'ont rien à y faire mais ils sont à part simplement par le fait que ça chante en français (d'une façon assez maniéré un peu à la Olivensteins). On les imagine plus sur des compiles style Combat rock ou Dialektik. Pas que je me plaigne de cette intrusion qui tout compte fait n'en est pas une et qui n'a absolument rien de surprenant. Ce mélange entre groupe chantant en français et groupes chantant en étranger aurait du être plus fréquent et la scène punk française n'aurait pas été dans l'état lamentable dans lequel elle est maintenant. Pour l'anecdote, le chanteur des Zab est François Bégodeau.
Les burning chante en français et ça leur va plutôt bien.
NRA, ça ressemble aux Zab mais chanté en anglais et pour cause, ils sont néerlandais.
Nothing more n'était pas du même bled que Shu gang? Un endroit sans aucun doute où ça surfe sévère!
On ne le répétera jamais assez, s'il y a eu un groupe phénoménal dans les années 90 en France, c'était bien Six pack. Eux faisaient de l'emo punk!
On a souvent attribué l'étiquette Emo punk justement à des groupes comme Shaggy hound ou Bushmen et pour moi c'était juste du punk mélo et pas spécialement jouissif en plus.
On frise le psycho avec Perfect cousins de Sainté dont le chanteur est Maz de Meantime.
Retour à la noise jusqu'à la fin du disque avec du bon et du vraiment bon mais rien à jeter en tous cas.
A noter une reprise d'Iron maiden du meilleur gout faite par Portobello bones allié à Seven hate.
Un volume 2 est sorti peu de temps après. Faudrait que réécoute mais dans mon souvenir, il était moins bien.

V/A That's the way cookie crumbles Cd 97 (22 mp3 en 320kbps + livret 12 pages = 163MB)

Libellés