mercredi 28 décembre 2016

RAVI - We also are what we have ruined Cdr 02 (Boudiou)





























Qu'en est il de l'emo, du punk actuellement en France? Il se passe pas grand chose non? Parce qu'à une époque la scène était luxuriante. En tous cas c'est comme ça que je la voyais, peut être parce que je m'y intéressais plus ou sans doute parce qu'elle était plus intéressante et on avait l'occasion de découvrir des groupes qui te mettaient de bonnes taloches. Comme Ravi par exemple, cette démo qui a ensuite été rééditée en cd normal, elle a tourné en boucle chez moi et aussi chez une partie de mes potes pourtant beaucoup plus jeunes que moi. C'était un peu la force de Ravi, ils faisaient le pont entre plusieurs styles musicaux, le punk (ça en avait l'énergie)et l'emo (pour le coté mélancolique). Ce qui fait que plusieurs personnes de générations différentes s'y retrouvaient. Je crois qu'au sein de Ravi, c'était un peu le cas aussi, le bassiste devait être plus vieux que les autres. J'avais lu une interview où ils disaient que c'était grâce à lui qu'ils reprenaient Buzzcocks à force de l'entendre dans le camion. Buzzcocks, c'est pas la pire des influences mais c'est pas très représentatif de la musique de Ravi ou si peu...
Ravi était de Caen, capitale de l'emo français. Bin je croyais que c'était Niors la capitale de l'émo? D'aucun prétendent même qu'à une époque c'était Blanzy la capitale de l'emo! Mais n'exagérons rien et revenons à Ravi.
Si vous voulez en savoir plus ou si vous voulez en écouter plus, vous avez la possibilité d'aller sur bandcamp. Vous en saurez pas forcément plus mais tous les disques sont dispos même des démos et un live. A ce propos, je les avais vu en live et j'avais trouvé ça vraiment pas mal. Bon, faut dire qu'à l'époque, j'étais conquis mais il y avait l'énergie, ça c'est sûr!

RAVI - We also are what we have ruined Cdr 02 (5 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso/intérieure + insert recto/verso = 44MB)

samedi 17 décembre 2016

EMPTY RITUALS - Dressed to kill : Hardcore 7" 83 (Mental assault)





























Je crois que j'ai dit une connerie dans l'article sur Proletariat. Enfin pas que dans l'article de Proletariat, j'en dit assez souvent mais là c'est une connerie que je peux réparer. Je prétendais que Proletariat devait se sentir bien seul dans la scène de Boston des années 80. J'avais oublié que j'avais parlé il y a quelques années de la compile Bands that could be god, où on trouve du bourrin mais aussi beaucoup de groupes plus tranquilles. Comme quoi les a priori ont la peau dur. Je sais pertinemment et ça depuis quelques années qu'il n'y avait pas que des bas du front préoccupés par la taille de leur pénis à Boston au début des années 80 mais je m'obstine à le croire. Sans doute que ce 7" d'Empty rituals contribuera à combattre mon a priori négatif sur cette charmante bourgade de la cote est.
A part ça, j'ai pas grand chose à dire sur Empty rituals. Ils étaient de Boston d'accord mais visiblement, ils y avait 2 membres qui étaient anglais et ça s'entend si je peux me permettre.. Sur certain blog on peut lire que le chant rappelle celui de Dead kennedys, ça fait aucun doute mais moi il me rappelle des trucs anglais genre Sex gang children ou même PIL. Batcave alors? Peut être pas mais c'est sûr, ils faisaient pas du hardcore! Pourquoi donc alors avaient ils un morceau qui s'appelait Hardcore. Était ce une critique de la scène macho punk Bostonienne? Je vous laisse seul juge, les paroles sont en haut à droite et à l'envers. Ils m'avaient tout de même assez critique les Empty rituals et qu'ils fussent anarcho bolcheviko pacifistes, ça m'étonnerait à peine! Pas facile en ce Boston des années 80.... Putain, les a priori ont vraiment la peau dure!!

EMPTY RITUALS - 7" 83 (2 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso = 23MB)
  

lundi 5 décembre 2016

IKERASAK - Demo cdr 00 (Plastik culture)












Pourquoi Ikerasak n'en est resté qu'au stade de la démo? Pourquoi quand on tient en France un groupe de qualité, c'est jamais pour longtemps? C'est sans doute parce qu'Ikerasak était juste une side projet et que les membres avaient déjà bien assez à faire avec leur groupes respectifs à savoir, Romeo is bleeding, Scornless, Curtiss ou Stranded. Rien qui ne vaille selon moi la peine de mettre de coté Ikerasak, mais ça c'est une histoire de goût...
Ikerasak n'aura enregistré que ce mini Cd sorti sur le label d'un des guitaristes, Plastik culture. La pochette est imprimée sur papier calque et il en existe une deuxième version que personnellement, je trouve moins belle. Ikerasak était d'Aix en provence comme Cellophan' mais je sais pas s'ils se connaissaient.
Ça avait l'air de bien brassé dans les années 2000 à Aix niveau hardcore. Je me rappelle être allé dans un magasin de disque tenu par un skin où j'avais du acheté un vinyle de Neglect. C'est dire l'ambiance qu'il régnait sur la ville..

IKERASAK - Demo cdr 00 (3 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso = 35MB)

Libellés