dimanche 8 février 2009

CERBERE Mangue amère Ep 81 (punk)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

En fait j'ai décidé et surtout j'ai trouvé de quoi continuer ma série punk français, avec ce groupe de Nancy qui n'a de punk que le nom du label. Mais avant toute chose, replaçons nous dans le contexte de la france Giscardienne. Le punk rock a du mal à faire sa place et la micro scène arty de 77 a complètement été étouffé par les digressions prétentieuses et élitistes des journaleux de best'n'folk (dans le genre Noise maintenant se démerde pas mal aussi. De toutes façons, à partir du moment que c'est français, c'est nul!). La province n'a même pas le droit de citer à part les groupes hyper connus comme Starshooter. La scène qui fera les heures de gloire de Chaos prod est encore à l'état d'embryon. Et peut-on parler de hardcore en france en 81? Non, s'il vous plait, là bas au fond, ne riez pas!!!
Non, en france en 81, il ne se passe rien et le punk se cherche encore. On est encore en pleine expérimentation, il suffit alors d'avoir les cheveux hérissés, un perfecto et de si dire punk. Peu importe si les synthés ont remplacé les guitares électriques.
Je ne veux absolument pas dire par là que Cerbere était un groupe punk, et tout compte fait, ça n'a pas beaucoup d'importance. Ce que je veux dire, c'est qu'à cette époque, vu la vivacité de la "scène", il n'y avait pas de quoi faire la fine bouche. Et en fait, c'est cette année là que j'ai du m'intéresser au punk, et je crois que j'écoutais pas beaucoup de groupes français. Non, j'allais chercher à l'étranger ce que l'on rarement trouver chez nous. Au risque d'en blesser certains, le punk en france c'est quand même carrément de la merde! Archaïque, rétrograde et creux! Et si certains d'entre vous en doutent encore, je peux rapidement vous monter une série sur le punk français de l'ère Giscardienne pour vous prouver à quel point c'était sans intérêt.
Je parlais de digression tout à l'heure à propos de Best'n'folk, mais j'en fait un beau de digresseur aussi! Et prétentieux, et élitiste, parfaitement!!
Et dans tout ça, j'en oublie de parler de Cerbere. C'est peut être parce que j'ai rien à en dire? Pas grand chose, en fait. C'est loin d'être ma tasse de thé. J'ai jamais été fan de new wave et même si la voix est particulièrement agréable et les textes bien gaulés (j'aime bien le morceau Hommage), j'écouterais pas ça tous les jours! Tu sais à quoi ça me fait penser des fois? A Indochine (Poupée plastique)! Alors pardon, comme groupe de merde français dont on se serait bien passé dans les années 80!!! Années de merde soit dit en passant! Faut arrêter d'être nostalgique de cette décennie maudite qui pour moi est synonyme de mocassins à gland, de pulls à col roulé, de permanente et d'une jeunesse plus plate et creuse que ne l'a jamais été la scène punk française!
Mais pourquoi je suis haineux comme ça aujourd'hui? J'ai pourtant passé une bonne soirée hier. On a joué avec Farewell, c'était plutôt cool et j'ai rencontré en la personne du bassiste, la première personne extérieure à mon cercle d'amis qui va faire un tour de temps en temps sur PNMT. Ca fait plaisir! Tiens, je les salue les gars de Farewell, je leur fais une grosse bise et j'espère les revoir bientôt (à la fin du mois aux tanneries à Dijon, pour ceux que ça intéresse).

CERBERE Ep 81 (3 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso = 22MB)

5 commentaires:

Pierre a dit…

Merci pour ces super articles JM. Dommage que tu ne sois pas rédacteur en chef d'un des journaux que tu cites, ça aurait certainement une autre gueule...Mais il faut s'y faire, nous ne sommes pas nés dans le bon pays en ce qui concerne la musique (entre autres...). Les bons groupes français se comptent sur les doigts d'une main, d'ailleurs il n'y a qu'à voir la reconnaissance qu'ils ont à l'étranger. Non, décidément, musique et France ça ne rime vraiment pas !

jolicoeur a dit…

C'est pas gentil de te moquer de moi Pierre. Je crois que je serais bien incapable de bosser dans un mag comme Noise ou autre, déja que j'ai jamais pu faire un zine en entier ou presque. Et puis ma culture est un peu trop étriquée, punk, hardcore, emo... ça intéresse pas grand monde tout compte fait.
Tu es un peu dur avec les groupes français, c'est vrai que c'est pas génial mais bon, c'est pas en dévalorisant les groupes français que la scène va se développer. En même temps si les groupes français pouvaient sortir un peu des clichés. Mais je te garantis, c'est pas facile, on fait ce qu'on peut.
Et musique et france, ça peut rimer, dans le cas de Julien doré et de toutes ces merdes. Je vais peut être me rabattre là dedans...
à+
JM

Anonyme a dit…

A Ah cerbère !!

poupée de plastique,
poupée synthétique
l'amour n'est pas un jeu
ne joue pas avec le feu


non pas vraiment punk en effet

Anonyme a dit…

en plus,

ils étaient de Toul,

pas de Nancy

ce me semble

jolicoeur a dit…

Ouais Anonyme, mais on va pas non plus pinailler... Bon Cerbere n'était pas de Nancy mais de Toul qui est à 15 bornes de Nancy tout comme il ne faisaient pas du punk mais étaient à 15 bornes d'en faire...

Libellés