samedi 19 avril 2014

SOCIAL DISEASE - Today Ep 83 (Karnage)















L'Angleterre début 80 a  été un tel vivier pour le punk qu'on ne retient généralement que les grands classiques, Exploited, Crass et les groupes présents sur les compiles Punk & disorderly. Pourtant si on gratte un peu, on trouve des trucs passionnant. J'aurais du mettre cette introduction à la première personne du singulier parce que de votre coté, vous avez sans doute déjà fouillé cette scène mirifique et découvert des perles tel que ce Ep de Social disease. Pour moi c'est tout récent et j'avoue qu'il s'agit d'une belle découverte.
Au début, on peut être un peu surpris par le double chant mais musicalement c'est tellement intense que ça passe tout seul. On est clairement d'un niveau musical supérieur à beaucoup de groupes de l'époque. C'est d'après moi essentiellement du au batteur qui est un véritable bucheron et aux influences qu'on sent légèrement déborder du punk de base, si tant est qu'on puisse considérer Motorhead comme autre chose que du punk. Ne vous affolez pas fan de punk à la française, l'influence Motorhead est en fin de compte assez subtile et est plus dans la guitare que dans le chant ou la batterie. Pas de voix gutturale ici ou de double bombe, simplement un gros punk hardcore anglais avec du bon riff.
Le seul défaut de ce disque est quand même l'absence d'insert. On mets des A cerclés partout et on juge pas nécessaire de mettre les paroles à l'intérieur? Voyons, ça manque un  peu de sérieux les gars! D'autant que ça nous aurait bien aidé les paroles vu qu'il y a 4 morceaux et non pas 3 comme c'est inscrit sur la pochette. En plus de ça, l'ordre n'est pas le même. En farfouillant un peu sur le net, j'ai pu découvrir que le morceau fantôme s'appelle Tomorrows burning et que c'est le premier du disque si l'on s'en tient aux indications A et B. Les autres, on devine facilement lesquels ils sont en écoutant le chant et je pense pas m'être trompé.

SOCIAL DISEASE - Today Ep 83 (4 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso = 15MB)



dimanche 13 avril 2014

The SYSTEM - Warfare Ep 82 (Spiderleg)















On va revenir un peu du coté de la vieille Europe avec une série sur la scène anglaise qui risque d'être bien aussi longue que la série sur les côtes US. Donc comptez environ 2 mois.
Il y a peu de temps, j'ai racheté à un pote un lot de disques qu'il n'écoutait plus. C'était principalement du vieux punk anglais et j'ai fait quelques belles découvertes comme ce premier Ep de The System, groupe jusqu'alors totalement inconnu pour moi.
Ce qui m'a particulièrement plu dans ce Ep, c'est le coté lancinant et hypnotique qu'on pourrait presque qualifier de post punk et l'intensité du chant qui en arrive jusqu'au hurlement. Et moi qui suis si friand de screamo, de vieux hardcore italien et de viol collectif, c'est rien de dire que j'aime ça quand ça hurle! C'est le genre d'ambiance qu'on retrouve pas du tout sur le 2ème Ep qui est plus classiquement dans la lignée Conflict. On va pas cracher dans la valstar non plus et faut avouer que si je n'avais pas écouté ce premier Ep en premier mais le deuxième, nul doute que je serais tombé pareillement  sous le charme.
D'après des sources on ne peut plus sérieuses, ce premier Ep aurait du sortir sur Crass records mais System cède devant l'insistance de Spiderleg, le label deFlux of pink indians.
Il existe des compiles de The System (un Lp et un cd) qui regroupent les 2 eps, des démos et du live. Je vous conseillerais plutôt le cd qui est beaucoup plus complet et sur lequel il y a même des démos de 81. Enfin, démerde toi!

The SYSTEM - Warfare Ep 82 (3 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso = 31MB)


mercredi 9 avril 2014

RED SCARE - Then there were none Lp 84 (Upstart)


























Cette longue série sur les disques punk hardcore de la cote est et ouest se termine. C'était très intéressant je trouve! Quand je me relis, j'ai l'impression de consulter une revue technique! C'est peut être parce que je lis que ça, des revues techniques automobiles... En ce moment, je suis sur la Talbot Horizon et je pensais pas que mécaniquement cette petite voiture pouvait être aussi passionnante! Mais c'est un autre débat et ça sera peut être le thème d'un nouveau blog. Contentons nous ici de parler de ce qu'on connait plus ou moins, le punk des années 80/90.
Red scare ont eu la chance d'être réédité sur Grand theft audio. Je dis la chance parce que le bougre a toujours bien fait son travail. Enfin plus ou moins, et dans le cas de Red scare, c'est nous qui avons de la chance parce que rien n'est omis. On a même droit à quelques démos et du live. Je vous parle de la disco de Red scare mais ce que je vous propose aujourd'hui c'est simplement l'album et uniquement l'album qui est de toute façon le seul disque sorti du vivant de Red scare.
Laurent me disait en commentaire que ça lui faisait toujours un peu quelque chose à l'écoute d'un disque  quand il savait qu'un des membres était mort. Je ne peux le démentir là dessus et c'est exactement ce que j'ai ressenti avec Red scare en faisant des recherches sur internet, et en apprenant que la chanteuse était morte d'un cancer 4 ans après cet album, à l'âge de 26 ans. Putain à cet âge là, j'entrevoyais tout juste que la vie pouvait éventuellement être supportable! Bref...
J'aime beaucoup ce genre de punk hardcore US très influencé par la scène anglaise, je crois que j'ai déjà eu l'occasion de le dire. Et à l'écoute de  Red scare, on ne pourra pas s'empêcher de penser à Vice squad, Expelled ou Siouxie, autant dire en ces temps de revival post punk à chanteuse, que Red scare peut passer pour une énorme référence. Je ne peux qu'être d'accord! Quand je parle de punk anglais, il ne faut pas oublier aussi que Red scare étaient américain et que ça s'entend également surtout au niveau du son. A propos de son, avez vous remarquez que j'ai insérer un lecteur audio (2 en fait) au bas de l'article. Je vais essayer de faire ça systématiquement maintenant, ça m'évitera de me perdre dans des descriptions aussi foireuses que subjectives. Faut juste que je trouve un lecteur qui me convienne. Tous les tuyaux sont les bienvenus.

RED SCARE - Then there were none Lp 84 (11 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso + insert recto/verso = 60MB)

vendredi 4 avril 2014

411 - This isn't me Cd 91 (Workshed)

























On m'a réclamé ce disque dernièrement et ça tombe plutôt pas mal vu qu'on est dans une série sur la cote ouest. A propos, vous aurez remarqué qu'il n'y a  que des groupes de Californie et aucuns de l'Orégon, de l'Alaska, de l'état de Washington ou de la Charente. C'est que j'ai pas trouvé d'autres groupes que des californiens, alors que pour la côte est, j'avais essayé de répartir un peu... Est ce bien important, de toute façon il y a eu autant de groupes en Californie que dans le reste des Etats unis et cette série se termine, je ne vois vraiment pas quel disque je pourrais rajouter?
Ah, 411, pourquoi n'y ai je pas pensé plus tôt! Encore un groupe qui a énormément compté pour moi! Musicalement, c'est vraiment unique avec ce hardcore aux sonorités assez rock mais avec une approche moderne et cette grosse voix qui a laissé l'éraillement à la maison. J'ai déjà dit tout le bien  que je pensais de 411 avec le single Say it mais si vous voulez, je veux bien me répéter un peu.
C'est en fait un groupe d'ex et ça explique sans doute la maturité du projet. Au chant on trouve Dan O'Mahony de feu No for an answer/Carry nation. Dan, vous savez c'est ce sXe qui s'est fait renier par sa fratrie pour je ne sais quelle raison. Belle voix, textes intelligents...
A la gratte, il y a Kevin Murphy anciennement batteur (et quel batteur!) chez Headfirst. Mais là il est guitariste et il s'en sort très bien aussi. Il jouera ensuite dans God forgot (cdep dispo ici même) toujours avec Dan o'Mahony au chant. Il deviendra ensuite guitariste de Farside.
Le batteur Mario Rubalcaba est un novice qui était surtout connu à l'époque pour être un skater pro. Mais moi j'ai découvert un batteur exceptionnel et vu la carrière qu'il a eu et les groupes dans lesquels il a joué (Rocket from the crypt, Off, Metroshifter, Hot snakes...), je pense pas avoir été le seul à l'avoir trouvé exceptionnel.
Seul le bassiste a un curriculum un peu décevant. Enfin décevant, faut pas non plus exagérer! Avoir joué dans Farside, c'est quand même pas de la merde! Et c'est fort possible qu'il ait joué auparavant dans un obscure groupe sXe genre Inside out, mais c'est juste une supposition (ou plutôt une info que j'ai chopé sur le net) à laquelle je ne crois guère. S'il a participé à Inside out, ça doit juste être en tant que photographe. Il est crédité sur le disque comme étant le photographe du recto de la pochette. Il a contribué d'ailleurs à plusieurs pochettes de grands noms de la scène de l'époque.

FOUR ONE ONE - This isn't me Cd 91 (10 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso = 62MB)

dimanche 30 mars 2014

THREE PENNY OPERA - ...Countless trips from here to there Lp 99 (Spectra sonic sound)































J'étais persuadé d'avoir déjà tout mis de Three penny opera sur JoliCoeur tellement j'aime ce groupe et quelle n'a pas été ma surprise quand j'ai constaté que je n'avais pour l'instant posté que le Ep 2GTEG25H2G4503344, le split Ep de Shotmaker et l'album de 30 second motion picture. Incroyable! Comment ai je pu délaisser jusqu'à présent un groupe qui a tellement compté pour moi... Le groupe dont je parle, c'est Shotmaker et j'ai tendance peut être un peu rapidement, à tout mettre dans le même sac, tous les The grey, Three penny opera, 30 S.M.P., Metz... Sans doute à tord, car on retrouve pas sytématiquement les mêmes membres mais musicalement, il y a vraiment quelque chose de similaire.
Dans le cas de T.P.O., étant donné que le batteur est celui de Shotmaker, on peut difficilement renier la parenté. Enfin je crois que c'est le même batteur... le style est tellement inimitable et tellement facile à imiter en même temps. En tous cas, c'est en partie, ce qui fait la patte de Shotmaker et aussi de Three penny opera., cette batterie minimaliste, pas forcément énergique mais très prenante. Pour le reste, on est plus proche de The grey que de Shotmaker, mais tout ça, c'est du détail... Enfin pas tant que ça et heureusement!
Three penny opera a sorti un Ep et deux albums et celui là est le deuxième. Dans la chronologie Shotmakerienne, 3 penny opera arrive en troisième après 30 second motion picture et avant The grey. Le groupe est canadien on aura encore l'occasion d'en parler, au moins une fois...

THREE PENNY OPERA - ...Countless trips from here to there Lp 99 (11 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso + insert recto/verso + flyer = 77MB)
 

mercredi 26 mars 2014

SOCIAL JUSTICE - Unity is strength Lp 89 (Safe side)






























On m'a reproché de proposer ici des groupes chantant à la gloire de la dope, histoire de contrebalancer, on va parler aujourd'hui d'un groupe straight edge. Le straight edge, qu'est ce que c'est? Sait-on jamais, si un jour votre fils ou votre fille, ou un loupiot quelconque (genre votre nièce ou le gosse d'un ami si vous êtes contre la reproduction de l'espèce) vous demande qu'est ce que le  straight edge, la réponse sera assez simple: c'était des individus pour la plupart de sexe mâle, qui ne buvaient pas d'alcool, qui ne consommaient pas de drogues et qui refusaient de se reproduire (tiens, comme toi!). Faute de descendance, la race a fini par s'éteindre. Bon c'est schématique, mais qu'est ce que peut comprendre un enfant à une philosophie aussi subtile que le sXe? Ah merde, c'est vrai que c'est pas uniquement une philosophie, c'est aussi un mouvement musical, alors forcément pour illustrer votre explication, vous allez lui montrer des disques à ce loupiot, voir lui en faire écouter. Si on commençait par un bon vieux Youth of today, c'est quand même eux qui ont jeté les bases, non? Non, pas vraiment... Mais on va pas se lancer dans une exégèse du sXe. Quand on pense croix sur les mains, on pense Youth of today, c'est immanquable! C'était toute la force de Ray Cappo, un cador en communication! Donc bref, vous lui faites écouter YOT à votre loupiot en lui montrant une pochette de Chain of strength pour le coté caricatural. Pour les textes, n'importe quel groupe sXe conviendra, ils écrivaient à peu près tous les mêmes.
Je crois même qu'au lieu de sortir plusieurs disques, un seul suffirait tellement il est représentatif du mouvement, ce seul et unique album de Social justice. On est même proche de la parodie. Je pense que c'est tout à fait le genre de disque qu'aurait aimé sortir Crucial youth et un bon nombre de groupes sXe. Et je comprends, parce que c'est un putain de bon disque! Bon, c'est sûr c'est très académique mais qu'est ce que ça envoie! Tout y est pour en faire un excellent disque sXe! La pose sur la pochette, les photos de concert où le chanteur lévite plus qu'il ne chante, les croix sur les mains, des titres évocateurs comme Youth unite ou Unity is strength... Musicalement, c'est du sXe mis en boite par Mr Brett en personne. Un cas d'école ce disque de Social justice! Mais je vous le répète, on ne doit pas retenir que ça, c'est aussi un excellent disque hardcore de la cote ouest et à la réécoute, on sent plus l'influence de Uniform choice/Unity que celle de Youth of today/Judge.
Vous connaissez Downset? Pour ceux qui sont trop jeunes, c'était un groupe des années 90 qui faisait une sorte de mélange hardcore/rap et qui avait essayé de voguer dans le sillon de Rage against the machine. Bon, ils avaient eu leur petit succès et c'était d'après moi assez justifié. Eh bien, c'était les types de Social justice, ou du moins le chanteur de Social justice. Je crois pas les autres aient joué dans Downset ou du moins pas ceux de cet album. De toute façon après la sortie de l'album, le groupe a splitté et le chanteur a été le seul à continuer en recrutant d'autres musiciens. Avec le nouveau line up, ils ont sorti un Ep I refuse to lose qui est à mon avis nettement en dessous de ce Unity is strength et ils ont par la suite changé de nom en Downset. Mais ce qu'ils ont fait de mieux reste ce "premier" album, un classique et ce, dès sa sortie!
A noter que Safe side records est un sous label de Mystic records, le grand margoulin californien. C'est le seul disque sorti par le label. Peut être que Doug Moody avait l'intention d'investir dans le mouvement sXe grandissant et qu'il a abandonné pour je ne sais quel raison... En tous cas, il avait misé dès le début sur le bon cheval!

SOCIAL JUSTICE - Unity is strength Lp 89 (9 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso + insert recto/verso = 49MB
 

samedi 22 mars 2014

FANG - Landshark! Lp 83 (Boner)




























Je parlais l'autre jour avec un pote de groupes qu'on détestait plus jeune et qu'on aime bien maintenant. Je cherchais des exemples, et j'en trouvais pas vraiment à part Black market baby (et maintenant que j'y pense, je ne me rappelle plus non plus avec quel pote je parlais de ça, putain, j'ai pris trop de coup moi!). Et d'ailleurs, quand j'y réfléchis, je me demande bien pourquoi j'aimais si peu BMB, parce que non seulement maintenant j'aime bien mais on pourrait même dire que j'adore. Sans doute était-ce trop mature? 
Fang fait partie de ces groupes que j'ai appris à apprécier avec le temps mais faut dire pour leur défense que c'est avec le 4ème album A mi ga stafas que je les ai découvert et avec la compile Them boners be poppin'. Et tout ça sonnait beaucoup trop hard rock pour moi. J'avais l'impression  à l'époque qu'on pouvait faire beaucoup plus joyeux et moins musique de papa. Toujours cette histoire de maturité donc... Pourtant quand on écoute ce premier album Landsharck, c'est pas ce qui saute aux oreilles, non, on pense pas mature mais on pense désespoir, pour pas dire dépression ou suicide. A moins que maturité rime forcément avec glauquitude.
Bref, si j'avais découvert Fang avec ce premier album Landshark, je suis pas sûr non plus que j'aurais accroché. Trop bancal et trop lent surtout! Mais maintenant, j'aime bien. Je prétend pas écouter ça tous les jours mais je me dis qu'il faudrait bien que je réécoute A mi ga sfafas ainsi que la compile Them boners be poppin' et tous les autres albums. Je suis gentil aujourd'hui, je vous donne tous les liens (pas trouvé la compile, si quelqu'un a ça en stock). C'est simple, tout est dispo ou presque sur Death burger (1er et 2eme , compile Rat music for rat people Vol.2 ici). On y trouve même une vidéo de concert et un album qui n'est  sorti que 23 ans après son enregistrement compilé en double Cd avec le 3eme et 4ème album. La raison pour laquelle cet album n'est pas sorti en 88, tout le monde la connaît! C'est même l'info qui revient systématiquement dès qu'on parle de Fang, vous le savez forcément  et si vous voulez en savoir plus, il y a une interview du chanteur en anglais où il parle un peu de ça ainsi que de la reformation de Fang et tutti quanti. Bin oui, parce que Fang s'est reformé et ils ont même refait des disques. Si ça vous branche on peut télécharger le dernier ici, et toujours sur le même blog, le split cd et du live. On peut pas dire que vous soyez pas gâtés aujourd'hui...

FANG - Landshark! Lp 83 (8 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso + insert = 40MB)

dimanche 16 mars 2014

MEAN SEASON - Grace Cd 94 (New age)




















C'est quand même pas possible de chanter aussi mal!  C'est la réflexion que je me suis fait en réécoutant ce disque. Non pas que j'en étais pas conscient à l'époque où je l'ai acheté mais je pense que je m'y étais habitué. Et sûrement même que j'aimais ça parce que maintenant ça ne me déplaît pas non plus, ça me surprend et c'est ça qui est bien, non? N'empêche que je me dis qu'en live ça devait carrément être incroyable. En studio, on peut toujours bidouiller même si ça prend des plombes mais en live tu trompes personne. J'ai voulu vérifié et j'en ai trouvé un de live sur youtube mais c'est un récent de 2012. Là le chanteur donne dans le viril, les autres aussi d'ailleurs et c'est assez époustouflant! Merde c'est vrai, j'aime ce groupe! C'est quand même particulier ce mélange de post hardcore, de sXe, d'emo et de metal... Assez unique et avec 20 ans de plus, les mecs ont peut être pris du bide mais n'ont rien perdu de leur énergie. Faut dire, c'est pas des perdreaux de l'année. Les mecs ont tous participé à plein de groupes dont je cite les essentiels: Outspoken, Unbroken, Against the wall, j'en passe et des meilleurs! Il y a eu visiblement pas mal de changement de line up et je ne sais pas exactement qui joue dans cette reformation de 2012. Est ce bien important?
Le live sur youtube est en deux parties. Sur la première, ne cherchez pas de fille, il n'y en a pas. Sur la deuxième, un des guitaristes nous présente sa femme et son loupiot.  Grand moment d'émotion, je peux vous l'assurer... Ça vaut l'anniversaire de Stigma en direct live.
Une discographie est sorti sur Indecision et vous pourrez lire un historique du groupe sur le site du label.

MEAN SEASON - Grace Cd 94 (10 mp3 en 320kbps + livret 12 pages = 97MB)

mercredi 12 mars 2014

WILLIAM MARTYR 17 - Celebration of love 7" 95 (File thirteen / Bloodlink)






















Il y a pas grand chose à y faire je pense, dès que je parle d'un disque emo, screamo ou assimilé, je trouve rien à en dire. Non pas que l'envie me manque, non si je vous présente aujourd'hui ce disque de William martyr 17, c'est que j'aimerai en parler mais malheureusement je trouve rien à en dire! C'est un peu la raison de l'arrêt de Jolicoeur, ça et puis le fait que j'en ai marre de tout mettre dans des cases.
Mais maintenant que le disque est rippé il va bien falloir trouver quelque chose à raconter sur ces mystérieux William martyr 17, et même en cherchant sur le net, il y a pas grand chose. Le groupe n'a existé que très peu de temps, peut être un an à peine et a splitté à la suite de la mort du batteur à l'âge de 16 ans. Autant dire que c'était un groupe de môme qui ont à peine eu le temps de sortir 2 splits ep et ce 7" qui sont compilés sur un cd discographie où on trouve aussi un paquet de bonus. Je viens de me rappeler qu'on avait déjà parlé sur Pay no more du split avec Plunger et je m'interrogeais sur ce qu'étaient devenu tous ces groupes qui hurlaient de douleur à l'idée d'affronter la vie. J'ai la réponse pour 2 membres de WM17, ils sont morts. Je l'ai appris sur Harlan records qui est un site qui référence les groupes de Little rock. On peut y lire tout ce qu'il y a à savoir sur William martyr 17 et après faut payer pour télécharger la disco. Moi perso, ça me fait vraiment chier de payer pour écouter du mp3 mais il y a aussi les morceaux en flac, en floc, en pic, en fuck et en tout ce que vous voulez. Mais il y a pas les inserts, parce que avouez quand même que ce qu'il y a de bien avec un disque emo, c'est tout le décorum qui va avec, les flyers abscons, les inserts illisibles, les pochettes sérigraphiées.... Bon on a tous ça avec ce 7" de WM17, tandis qu'avec la disco cd ou le téléchargement bandcamp, bin nib!

WILLIAM MARTYR 17 - Professional beggar / Kenya 7" 95 (2 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso + 3 inserts = 23MB)
 

vendredi 7 mars 2014

BREAKOUTS - No more 12" 83 (Accelerator)

















Je trouve que c'est quand même incroyable, pour pas dire inadmissible voir révoltant que ce disque n'ait jamais été réédité! Parce qu'on est quand même en présence avec ce "No more" d'un des meilleurs disques punk hardcore jamais sorti! Et il n'y a pas que moi qui le dit, il y a aussi Erich de Good bad music. D'ailleurs, pour début d'article je me suis contenté de recopier ce qu'il disait en le traduisant à ma sauce bien sûr, tellement j'étais d'accord avec lui. Enfin pas tout à fait... Parce que quand il prétend que ce disque n'a jamais été réédité, il est pas vraiment dans le vrai. Disons qu'il ment par omission. Non pas que ce disque ait bénéficié d'une réédition grand luxe genre sur Grand theft audio avec toute la discographie comprenant les Eps et tutti quanti. Non malheureusement, ceux qui n'ont pas eu la chance d'acheter ce bijou à l'époque (ce qui est mon cas) ont juste la possibilité de s'offrir un repressage pirate sorti dans les années 2000. Et encore il faut le trouver à un prix raisonnable ce qui est pas évident.
La pochette est un peu  différente sur le pirate, les tons sont plus rouges. Vous pouvez vérifier ça sur discogs. Quant au son, je sais pas s'il est plus rouge, il doit être un poil moins bon venant d'un pirate mais j'ai pas eu l'occasion de vérifier.La version que je vous propose est celle de l'original.
Breakouts se sont reformés dans les années 90, ont sorti un split Ep avec Spit a kiss et un cd que vous pouvez télécharger ici. Pour ce qui est des vieux disques, ceux dont on trouve les morceaux sur les compiles Back to font, Killed by death ou Killed by 7inch, ils sont téléchargeables pour le premier sur Killed by death records et pour le deuxième sur Good bad music.

BREAKOUTS - No more 12" 83 (7 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso = 45MB)

samedi 1 mars 2014

BIG SNIFF - Experiment Cd 93 (Do it!)



























C'est dingue, j'étais parti sur une série d'albums de la cote est des Etats unis en me disant que 3, ce serait pas mal et j'en ai balancé au moins 6 ou 7... A croire que je m'y plais sur la cote est! Dire que j'ai encore une série sur la cote ouest qui doit suivre. On est pas prêts comme c'est prévu de parler de groupes anarcho punk anglais, moi je vous le dis! Mais bon, chaque chose en son temps!
Big sniff est présenté sur le sticker collé sur le boitier comme étant un groupe d'anciens Sheer terror et Ludichrist. Franchement, c'est pas ce qui m'a sauté au oreilles à la première écoute. J'ai plutôt vu un lien de parenté avec Token entry. Et pourtant il n'y en a aucun à part que le chanteur de Big sniff est celui de In your face (dont on a déjà parlé du Ep ici même) où on trouvait des membres de Token entry.
Al Batross a aussi fait partie de In your face mais il n'est à ma connaissance sur aucun des disques et il est surtout connu pour être le batteur de Ludichrist première période. D'après l'historique de Big sniff consultable ici, il aurait créé Big sniff avec un bassiste de Ludischrist 2ème période. Ils ont ensuite recruté le chanteur de In your face et le guitariste de Sheer terror. Le groupe a à la suite de ça prit une tournure beaucoup plus mélodique, qui n'est pas sans rappeler d'après moi une version de In your face moins typé NY sXe . 
Big sniff a sorti avant cet album un Ep que je ne connais pas. Deux des membres ont joué ensuite dans les fameux Kill your idols. Le chanteur est retourné dans sa vraie famille au sein de The arson avec des ex Token entry, Grey areas et vous saurez tout sur Al batross en allant sur son site.


BIG SNIFF - Experiment Cd 93 (18 mp3 en 320kbps + livret 8 pages = 101 MB)


mercredi 26 février 2014

DISMAY - Ep 94 (TPOS)
























On discutait récemment avec ManuHC de groupes New yorkais super lourds et je lui demandais s'il connaissait Dismay. Pour moi à l'époque, ce Ep était ce que j'avais entendu de plus pesant. C'était sans doute moins malsain que Neglect par exemple, mais c'était beaucoup plus lourd. En réécoutant ce Ep, je me suis rendu compte que c'est beaucoup du au son. Au jeu aussi naturellement mais avec les années qui sont passées, c'est peut être plus aussi flagrant maintenant. J'ai surement entendu plus lourd et je me suis aussi rendu compte que c'était pas forcément ce qui m'intéressait dans la musique.
Toujours est il que j'aime encore bien ce Ep.
Un an après, Dismay a sorti un album sur We bite tout à fait recommandable et qui est beaucoup plus influencé par Snapcase je trouve.
Je sais pas du tout ce qu'on fait les mecs après ou avant ça. Il y a juste ce Ep, l'album et une démo que je ne connais pas. Certains d'entre vous en savent plus?

DISMAY - Ep 94 (3 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso/intérieure = 16MB)
 

dimanche 23 février 2014

STETZ - Songs of experience Lp 86 (Russo syndicate)































On va continuer tranquillement notre série sur les groupes de la cote est avec un groupe fun. C'est cool, j'adore les groupes funs! Non, c'est pas vrai, ça me gonfle! Dans un pays comme la france, c'est dramatique! Enfin, faut bien avouer que de l'autre coté de l'atlantique ils ont une autre conception du fun qui est nettement plus tolérable. Si on veut...
Bref, Stetz fait partie de ces groupes outre atlantique qui pratiquaient une sorte de hardcore juvénile dépourvu de tout cynisme et pessimisme. Mais c'est pas tellement ça qui me dérange chez Stetz mais plutôt sa versatilité. En language clair, il n'y a pas un morceau pareil sur cet album, il n'y a même pas une face pareil et c'est d'ailleurs ça qui est très perturbant. On dirait qu'ils ont voulu séparer leurs influences. Sur une face on trouve des morceaux un peu à la Adrenalin OD ou Bedlam (c'est pas moi qui dit ça, c'est Pat Duncan sur le petit autocollant qu'il y avait sur la pochette) et sur l'autre face, ce sont plutôt des morceaux influencés par des groupes plus matures comme ceux de Washington ou ceux du label Homestead, ce qui explique sans doute le titre de l'album.
Cette séparation des styles est elle une bonne chose? Je ne saurais dire... A une époque je l'ai pratiqué aussi et ce n'est que tout récemment que j'assume que mon coté pop cotoye mon coté punk. Je pense qu'ils auraient mieux fait de tout mélanger comme l'a fait Sorry ou alors de faire 2 disques différents. Les meilleurs morceaux de la face A auraient fait un Ep tout à fait acceptable tandis que la plupart des morceaux de la face B auraient pu faire un maxi tout à fait convenable. A vous de faire le tri maintenant ou d'aimer cet album dans son intégralité.
Et si vous préférez vous contentez du Stez de la première époque, celui qui faisait uniquement dans le hardcore certes fun mais tout ce qu'il y a de plus hardcore, vous pouvez toujours télécharger ou acheter les compiles One big crowd ou Hardcore takes over.
Le batteur Wayne Russo est mort le 11 septembre 2001 dans l'effondrement des tours jumelles. Mais qu'est ce qu'il foutait là bas?

STETZ - Songs of experience Lp 86 (17 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso + 2 inserts + sticker = 93MB)

jeudi 20 février 2014

BURN - Live in New york city 1991 Cd (...)














C'est triste que le seul album qu'ait sorti Burn soit cet espèce de pirate live au son pourri. D'ailleurs, est ce un pirate ou un disque officiel? Sur discogs, il est présenté comme un disque officiel mais ça ne veut rien dire, ce serait pas la première fois qu'on peut lire n'importe quoi sur discogs. Mais admettons...
De mon coté, j'ai toujours pensé que ce live avait été sorti par le gazier de Lost and found. Pour prétendre  ça, je me fie au design de la pochette qui ressemble à beaucoup de disques sortis sur L&F à l'époque et aussi beaucoup à celle du split Ep Burn / Prison. Mais ça constitue pas une preuve!
Bref disais-je, c'est quand même un crime que le seul album que Burn ait sorti soit ce live au son pourri! Mais à défaut de valstar on boit de la villageoise et il faut bien nous en contenter. La carrière de Burn aura été courte et on peut s'estimer heureux qu'ils nous aient déjà laissé 3 eps dont 2 posthumes. Bon, je vous parle pas du cd "Cleanse" sorti en 2001 après la reformation du groupe. Pour moi, ça n'a plus rien à voir. Il y a pas le petit truc en plus qui a fait que le premier Ep de Burn est devenu instantanément un classique. Non, "Cleanse" tu l'écoutes par curiosité en espérant retrouver le génie du premier Ep et t'oublies vite en fait.
Récemment sur ce blog, je parlais de l'éventualité que le chanteur de Sorry ait pu faire partie de Burn. J'ai vraiment rien trouvé qui puisse affirmer ça. A part le fait que les 2 chanteurs soient noirs mais ça constitue pas une preuve non plus.
Le chanteur de Burn est connu pour être devenu celui de Orange 9mm par la suite et être l'instigateur de la fameuse compile New breed. Le batteur est devenu celui de Quicksand après avoir été celui de Beyond. Le guitariste après avoir guitaristé dans Absolution, NY hoods, Side by side et Burn a continué dans Die 116, Pry et Big collapse. Je me rappelle l'avoir vu en vrai en concert dans Die 116 et c'est le genre de mec qui fait peur, une sorte de croisement entre Shrek et Hulk, mais il parait que c'était un vrai nounours. Le bassiste était avant Burn dans Pressure release
On a déjà parlé sur ce blog des compiles Rebuilding et Forever auxquelles a participé Burn. Et puis pour ceux qui ne serait pas satisfait de ce live au son désastreux, il y a toujours moyen de faire un tour sur Blogged and quartered où vous trouverez la discographie de ce groupe fantastique

BURN - Live in New york city 1991 Cd (11 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso = 64MB)

dimanche 16 février 2014

SAND IN THE FACE - Lp 86 (Twisted)




























Certains ont eu la chance de découvrir Sand in the face sur la compile Master tape vol. 2, d'autres sur la compile Hardcore takes over. Moi c'était sur un blog. Je m'y vois encore. Le soleil tapait sur ma fenêtre. Je venais tout juste de me lever, j'étais encore en slip et en marcel et je  sirotais salement ma ricoré. A vrai dire, je ne me rappelle pas du tout les circonstances dans lesquelles j'ai découvert Sand in the face mais je dois pas être loin de la vérité. Et je me rappelle pas non plus sur quel blog j'avais choppé ça, mais vu le résultat de mes recherches en ce moment même, je dirai que c'était sur The last days of man on earth.
Toujours est il que par la suite quand j'ai trouvé ce disque sur une liste à pas cher du tout, je me suis jeté dessus. Je me suis dit merde, si on trouve ce disque sur des blogs, c'est que ça doit être bien!
Ai je vraiment fait une bonne affaire? Oui et non... C'est pas vraiment un disque que j'écoute les jours. (à vrai dire, la plupart des disques que je vous propose ici ne sont pas des disques que j'écoute tous les jours). C'est vraiment bien foutu dans le style de l'époque (faut juste préciser que le disque a été enregistré en 84 mais n'est sorti que 86),ça joue super bien, un peu à la 76% uncertain du début  mais sur la longueur, c'est un peu répétitif, un peu à la 76% uncertain si j'ose me répéter. Heureusement qu'il y a un merveilleux blues noise punk à la fin de la face B et 2 morceaux plus punks à la fin de la face A. Sinon, j'aime bien le son de gratte et il y a malgré tout quelques très bons morceaux. Peut être qu'en sélectionnant ces morceaux ça aurait pu faire un Ep fantastique alors que là, ils sont noyés dans un album moyen.On va pas cracher dans la soupe non plus, ça reste bien au dessus de trucs de l'époque et réflexion faite, je crois que j'ai fait une bonne affaire.
Reste la réputation des membres du groupe ou en tous cas celle du chanteur. Si vous n'avez pas lu les commentaires de LDOMOE, je résume en gros, le chanteur après le split du groupe et la sortie de ce disque est devenu un gros néo nazi bien puant (parce qu'il y en a qui sente bon). Mais à l'époque de SITF, il n'était encore qu'un jeune punk un rien provocateur. Donc vous pouvez y aller franchement, ce disque est clean de toutes idées nauséabondes. Un peu comme quand vous écoutez le premier album de Skrewdriver parce qu'à l'époque c'était juste un bon vieux groupe punk et que c'est qu'après que ça a dévié. Enfin, on m'enlèvera pas de l'idée que dans le cas de Skrewdriver, il y a quelque chose de malsain a s'obstiner à écouter ce groupe même si ce n'est que le premier album soi disant clean. Il y a certainement un coté grisant à caresser l'abject, non?
Bref, savourons plutôt cet unique album de ce groupe du New jersey et oublions les déviances de ce Gus dont on se fout bien de ce qu'il a fait après.

SAND IN THE FACE - Lp 86 (16 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso + insert = 79MB)
 

Libellés