samedi 20 septembre 2014

URANUS / IMMORAL SQUAD split Ep 94 (The great american steak religion)





Si je me suis lancé dans une série sur le canada, c'est que j'ai rencontre un vosgien exilé à Toulouse qui est passionné par la scène Québécoise et qui m'a demandé si je pouvais numériser mes disques de Drift et de Jonah. Seulement, je les retrouve pas alors pour compenser, je vous propose aujourd'hui, les dieux du hardcore lourd à la canadienne, j'ai nommé les Uranus (je me demande si ça a à voir avec la chanson de Flesh pleasure mais ne nous dispersons pas!).
Je me rappelle avoir pris une grosse calotte la première fois que j'ai écouté ce disque. Pas la face Immoral squad, ça c'est sûr. Je comprends que ça puisse plaire mais moi, ça me provoque rien à part l'ennui. A l'époque, je trouvais que ça sonnait punk, désespérément punk et maintenant je trouve que c'était quand même sacrément métal. J'ai rien d'autre à dire à part que leur pochette est magnifique et que les lyrics sont traduits en français pour ceux qui le désireraient en contactant le groupe à l'adresse sur l'insert. Mais il est peut être un peu tard, quoique pas sûr...
La taloche, je me la suis pris avec Uranus. Bon d'accord c'est metal mais c'est désespérément metal ou plutôt dramatiquement métal si tu préfères avec tout ce que le drame et le désespoir peuvent avoir de jouissif. Ça me rappelait Neurosis si Neurosis n'avait pas fait n'importe quoi à partir du 3ème album. Bon je sais, je ne vais pas me faire que des amis, Neurosis compte beaucoup de fans et j'en suis d'ailleurs. Seulement j'idolâtre le Neurosis des deux premiers albums et seulement des 2 premiers albums! Uranus représente un peu l'évolution que je aurais voulu voir prendre à mes Neurosis adorés, ceux qui venaient du punk et qui le revendiquaient salement!
Un des guitaristes d'Uranus était le taulier du label et a ensuite joué dans His hero is gone et Tragedy.
Les paroles ne sont qu'en anglais bien que je soupçonne Uranus d'être francophone.
La pochette est sérigraphiée sur une enveloppe comme le faisaient les groupes emos à la grande époque et je ne sais pas exactement quel pressage j'ai. Pas le premier sûrement. Et si on disait qu'on s'en foutait?

URANUS / IMMORAL SQUAD split 7" 94 (3 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso + insert recto/verso = 25MB)

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Hello
Sans avoir une connaissance émérite d'Union of uranus (ou si tu veux union of your anus). Quelques infos donnaient un départ dans la ville de Québec autour d'un noyau Urantia qui je crois éditait un fanzine et squattait dans le coin. Je dis bien: je crois.
Puis, Yannick part à Ottawa. De cette époque, tu as Drift et Ire aussi. Puis, une scène émerge entre Ottawa, Montréal et Québec, très très underground pour l'époque au Québec. UOU, c'est à la fois du méchant hardcore avec du méchant metal, un croisement qui imprègne bien le crossover des scènes de l'époque au Québec. Le metal et le hc étant considérés comme des musiques de marginaux, de bums.
Le label Great American Steack Religion c'est peu le feral ward rec. d'aujourd'hui dont Yannick s'occupe. Voilà le peu d'infos que je possède.
Autre point rapide: la plupart des groupes ne sont pas éternels et les gens qui les composent ont des vies après. C'est normal que des gens apparaissent et disparaissent des scènes.
Salutations
Fab Tigan

jolicoeur a dit…

Je suis d'accord Fab, les gens disparaissent, je m'en rends bien compte mais ce que je voulais dire c'est que visiblement, c'est une scène qui est tombé dans l'oubli même au Québec.
En tous cas merci pour ces infos. J'ai complètement oublié de préciser que la disco d'Uranus était sorti sur un label français mais ça à la limite, j'en reparlerai.

Libellés