dimanche 29 décembre 2013

HEYOKA - Etat des lieux! Cd 2012 (Zone onze/Deviance/General strike/Maloka/La distroy)
















Deux mille treize se termine, il est temps de faire un bilan pour l'année écoulée. Bon comme un con, j'ai encore oublié de faire mon top ten! Ça tombe bien tout le monde s'en fout et c'est bien pour ça que je vais me creuser un peu la tête. Alors il y avait quoi... Ah merde, je suis con, le top ten se fait traditionnellement en début d'année et non pas en fin d'année. J'ai encore quelques jours pour y réfléchir!
Le bilan par contre, je peux le faire maintenant? Allez roule ma poule, de toute façon, il y a pas grand chose à dire! Bon alors comme avaient su le prédire de grands poètes en début d'année, 2013, année de la baise? Il est encore trop tôt pour le dire. Et puis je suis pas là pour parler de moi mais de ce putain de blog. Ce qu'on peut dire pour l'instant c'est qu'il y a eu un sacré ralentissement, pour pas dire un freinage brutal. Si on fait parler les statistiques, on peut se rendre compte qu'on est passer de 117 publication à 72, 25% en moins quand même! Alors sans aucun doute 2013, année de la baisse!
Changement notable, c'est l'union des blogs Jolicoeur et Pay no more than. C'est ce que j'aurais du faire depuis le début, un seul et même blog et parler de toutes les musiques que j'aime sans me soucier des différentes étiquettes. C'est pas impossible par la suite, si la motivation revient que Jolicoeur devienne un blog uniquement consacré à des critiques de disques voir à des interviews de groupes. Un webzine quoi! Je dis bien si la motivation revient parce que je ne sais pas si vous avez fait gaffe mais j'ai bien failli tout envoyer chier cette fin d'année! C'est pas dit que ça n'arrive pas à nouveau.
Dernier point et pas des moindres, 2013 aura été l'année de ma consécration et ça grâce à mes plus fidèles lecteurs, j'ai nommé Riri, Fifi et Loulou... Bon, c'est pas vraiment comme ça qu'ils s'appellent, mais j'ai pas envie d'exhumer leurs noms, ils ont disparus de la surface virtuelle et ça ne me dérange pas plus que ça. Quoiqu'ils m'ont tout de même rendu un sacré hommage en faisant un pastiche de mon blog qu'ils avaient nommé Pay no less than. Malheureusement, ils n'étaient pas à la hauteur de leurs espérances et le blog a vite capoté pour disparaître définitivement dans l'indifférence la plus totale. Mais enfin avouez le tout de même, quand on commence à être parodié, c'est le début de la gloire! Et la gloire, n'est ce pas ce que je recherche? Donc remercions ces fameux loustics. Regrettons seulement qu'Ali de Who cares records ait pu faire partie de ce quatuor et qu'il ne donne plus signe de vie avec son label, parce que quoi qu'ait pu en penser certaines personnes dont lui, j'appréciais qu'il y ait un label tel que Who cares en France.

C'est bien assez long pour un bilan que personne ne lira, passons au disque que je vous propose aujourd'hui. Bon, je vous l'avais annoncé en grande pompe quand j'avais intégré le groupe Heyoka et 2013 aura été pour moi l'année de la découverte d'une scène que je ne connaissais pas réellement. Enfin, ça m'aura surtout permis de me rendre compte que la scène punk française est scindée et que les différentes parties sont totalement étrangères les une aux autres. Mais quelques fois, ça se retrouve et c'est bien, ça permet de faire de belles rencontres.
Ce 2eme album d'Heyoka aura fait partie de mon top ten 2012. Enfin, il aurait pu en faire partie si 3 semaines après l'avoir acheté, Jack bassiste du groupe ne m'appelle pour me demander si je voulais bien prendre les baguettes. Je pense que je m'imaginais pas à l'époque ce qui m'attendait. Enfin toujours est il que s'il m'avait pas appeler, cet État des lieux serait vite devenu un classique pour moi et c'est sans doute ce qu'il est devenu pour beaucoup d'entre vous. Non? Comment ça... Bon il est temps de l'écouter et c'est pour ça que je vous en fais don aujourd'hui. Ça fait un moment que le groupe est rentré dans ses frais, les disques qui restent se vendent encore et on pourra pas retenir encore longtemps les pirates virtuels de partout et d'ailleurs. Il n'y a qu'une seul chose que je regrette par rapport à ce disque, c'est de ne pas jouer dessus, mais si ça avait été le cas, ce serait plus le même disque.
Bonne fin d'année et pensez à votre top ten.

HEYOKA - Etat des lieux! Cd 12 (12 mp3 en 320kbp + pochette recto/verso + livret 12 pages = 88 MB)
 

6 commentaires:

fred* a dit…

Salut JM,
Une baisse de 25% des posts en 2013, voilà que tu parles comme un économiste ;)
En même temps, ça permet de mieux assimiler et écouter les disques que tu proposes, on est pas tous boulimique.
L'album de Heyoka sur ton blog, c'est un chouette cadeau pour terminer l'année.

Anonyme a dit…

pour le blog PNLT, c'est complétement glucose, et comme chez les TRANXENE 200, il n'est pas exclu qu'ils aient eu une scission avec eux-memes.
et puis, on a narayan records en france.
Laurent

Anonyme a dit…

http://www.dailymotion.com/video/xpsq14_ze-inconnus-tranxen-200-vice-et-versa_music

stogref a dit…

Les bilans c'est comme les vœux de fin d'année, ça sent le réchauffé et c'est pas souvent sincère; les traditions c'est bien bidon en somme.
Content de voir que tu tiens toujours la route cependant et que tu poursuis celle commencée avec Heyoka; étonné de voir que tu aies rippé la version digipack plutôt que vinyle, petite baisse de forme?
Ceci-dit je te la souhaite bonne, et tu sais que c'est sincère. Au plaisir de te revoir et keep it comin'! :)

jolicoeur a dit…

J'ai vu que toi aussi Steph, t'avais un peu levé le pied. Et puis les derniers disques que tu as posté ne m'ont pas donné envie de les écouter. Quoi que les Pepgirlz, ça a l'air d'être quelque chose..
C'est vrai que j'ai été un peu feignant sur le rip d'autant que le vinyle a quand même un meilleur son que le cd. Mais ça sera ma résolution de l'année, être feignant!
Ceci dit je te la souhaite bien bonne aussi!

Anonyme a dit…

ouais... bof, heyoka ça sent le réchauffé des vieux rockers fatigués, non ?
dans le style anarko, y a des trucs bien mieux pourtant, comme : verdun, virus insurrection, nacht und nebel ou FFF...
sortez vos demos les gars ! un peu de culture, ça ne peut pas nuire.
Aimable sans son orchestre.

Libellés