mercredi 7 août 2013

GASOLINE - Killer man / Radio flic 7" 77 (Egg/Bootleg)
















La grande escroquerie du rock'n'roll made in France. C'est un peu l'impression que me donne ce 45 tours. Surtout cette version bootleg sortie en 2012. Mais bon, l'originale est pas mal non plus. Et si vous vous posez la question de savoir pourquoi, revenons un peu si vous le voulez bien sur l'historique du groupe et surtout sur le parcours d'Alain Kan, chanteur aussi charismatique que déglingué de Gasoline.
Personne n'ignore l'étrange destin de cet individu hors normes et est ce vraiment utile de préciser qu'il a débuter dans le show business comme une sorte d'Adamo à la française pour ensuite attaquer une carrière qui se serait voulu la réponse française à Bowie, avant de sortir 2 albums aux influences diverses et de disparaître de la surface de la terre sans que personne n'ait le moindre idée sur ce qu'il est devenu. Entre temps et c'est la période qui nous intéresse, il fait un petit écart dans le punk rock (escroquerie? Opportunisme? Phénomène de mode?) pendant laquelle il sort deux 45 tours. Le premier Sally est assez anecdotique tandis que le deuxième est désormais devenu mythique. C'est donc ce 45 qui a été repressé l'année dernière. Là, escroquerie manifeste!
Parce que, que doit on dire du pirateur qui a facilement pu se procurer les deux morceaux sur les compiles Killed by death (la 200 consacrée au pounke français est là) et la pochette sur différents blogs ou site consacrés au punk rock ancestral. En passant, qu'a t'il fait des paroles sensées être imprimés à l'intérieure de la pochette? Pour le prix d'un pressage, le bootlegger a donc pu récupérer le double, le triple, le quadruple voir plus en bénéfice. Belle opération! Et je vous avais parlé une fois d'un type qui vend ce bootleg sur un site d'enchère bien connu à pas moins de 29 euros. Si vous le voulez, cherchez bien, il y a encore moyen de trouver ce pirate pour 6 euros (sans le port), ce qui est déjà assez cher pour 3 minutes de musique et évitez cet arnaqueur qui visiblement a plusieurs exemplaires qu'il vend au fur et mesure.
Et qu'en est il de la qualité de ce pirate? Comme je l'ai dit, cette version ne dispose pas des paroles et quant au son, je ne sais pas si sur l'original il était aussi crade mais là on peut dire que c'est pas super net. Bon, c'est ce qui fait le charme aussi de ces morceaux qui datent d'une époque où les ingés son devaient bien se demander comment mixer cette déflagration de distorsion et de hurlements.
Bref, ce 45 pue l'arnaque mais ne gâchons pas notre bonheur à l'écoute de ces géniales trois minutes.
Si vous désirez en savoir plus sur Alain Kan, un documentaire existe et est visible ici.

GASOLINE - Killer man / Radio flic 7" 77 (2 mp3 en 320kbps + pochette recto/verso = 8 MB)

13 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour

Petite remarque: Alain Kan a sorti quatre albums et non deux, les deux derniers étant les plus "rock".

laurent a dit…

Six euros, c'est à peu près ce que je serais prêt à payer pour une réédition, même bootleg, de ce chef-d'oeuvre.
Au niveau opportunisme, c'est encore meilleur que Bulldozer, de loin. C'est vachement agressif. Et côté rock'n'roll swindle, parlons plutôt d'Asphalt Jungle par exemple, qui étaient sincères mais nul à chier. Au moins Gasoline a des chansons géniales, ultra-violentes, crasseuses, noires et malsaines. Deux chansons en trois minutes, en 77!
Et la pochette est superbe, sale, crue et ironique, c'est Terry Richardson vingt ans avant.
Quant à la transition Bowie/punk rock, qui peut lui jeter la première pierre? Certainement pas les punks justement, qui sont rares à ne pas avoir été fans (à juste titre!) D'ailleurs pour l'anecdote révélatrice, je vous laisse admirer cette magnifique photo de Sid Vicious en 73 :

http://genofscars.canalblog.com/archives/2013/07/03/27558595.html

Bref, merci pour cette petite merveille, on aimerait que tous les disques sortis en France cette année-là aient été aussi fulgurant.

François a dit…

Bonjour Jolicoeur.
Je possède l'original et le son est aussi saturé que celui de ce bootleg.
Egg records était une subdivision de Barclay spécialisée dans le rock progressif et expérimental autrement dit , on peut penser que la production n’ait pas été à la hauteur.De toute façon , je préfère le Guilty Razors.

stogref a dit…

Après avoir regardé le reportage de l'insupportable Karl, j'avoue avoir un peu rigolé du fabuleux destin d'Alain Kan... Ecrire pour son beauf Christophe y est aussi pour quelque chose, n'empêche je serais curieux de savoir ce que vaut son fameux bouquin qu'il n'est jamais parvenu à publier. Le mystère reste entier, comme celui de sa disparition. Content d'apercevoir Fred Chichin brièvement cependant. Le clonage et flirt Bowie m'indiffère totalement, même si le jeune Sid lui aussi en a été victime et qu'Iggy en a beaucoup bénéficié; jamais été féru de glam ou sensible à la voix du sieur tant adulé. Bref, bel exemple d'opportunisme mais vraiment à des années lumières de l'esprit punk débarrassé de ses guenilles auto-destructrices... Deux titres et tu deviens une légende? Bah, c'est vrai que Sid a pas branlé grand-chose pour devenir une icone lui non-plus... putain de star system!

jolicoeur a dit…

Je me suis mal exprimé pour les albums de Kan, je pensais à ceux sortis après la période punk.
de toutes façons, il fallait bien qu'il sorte un jour ce disque et vu que l'autre a disparu, pour avoir une sortie officielle, ça me parait compromis. 6 euros, ce serait correct s'il y avait pas le port mais malheureusement, c'est un pirate américain.
Je préfère presque Bulldozer qui sont loin d'être aussi agressifs mais dont les paroles sont excellentes. Mais on est d'accord pour Asphalt jungle.
Question de ça la pochette est carrément géniale!
C'est pas le fait de passer de Bowie au punk que je trouve bizarre, moi aussi j'ai écouté Bowie dans mes jeunes années mais je crois que j'ai mieux vieilli que le vicieux. Ce que je trouve étrange, c'est qu'Alain Kan avait déjà de la bouteille (tu me diras Gerard Pisani aussi, ou Charlie Harper), pas loin de 35 piges en fait. Enfin bref...
Merci Français pour la précision. On est rassuré pour le son mais de toute façon moi je le trouvais bien!
J'ai pas regardé encore le reportage. Putain je fais mal mon boulot!

laurent a dit…

Le reportage est pas mal, enfin du point de vue de quelqu'un qui ne connaissait rien d'Alain Kan (d'ailleurs je l'appelais Alain Cannes, comme Jean-François.) J'avais déjà lu l'histoire mystérieuse de sa disparition mais à part ça...
Le portrait le montre en fan de rock'n'roll, tout simplement, c'est donc logique qu'il en ait suivi l'évolution, même dans sa carrière. C'est un peu plus rare pour un artiste français mais les exemples sont assez courants dans le monde anglo-saxon, une question de culture sans doute. Je serais moins méchant que vous qui parlez d'opportunisme, mais bon je pense que ça n'a pas grande importance.
À propos de Bowie je fais le chemin en sens inverse : je crois que je l'ai plus écouté ces derniers mois que n'importe quel groupe punk. Il y a quinze ans je le mettais dans le même sac que Michael Jackson ou Phil Collins. Aujourd'hui j'ai les larmes aux yeux quand j'écoute un chef-d'oeuvre comme Ziggy Stardust... C'est ma façon de vieillir mais je trouve que tu t'en sors pas mal non-plus.
Stogref, moi c'est les étiquettes glam, punk, pop, prog, psyche qui m'indiffèrent. Je crois qu'en résumé j'adore le rock à haute valeur énergétique. Je sais qu'on a beaucoup de goûts en commun donc je te comprends, mais comme j'ai décidé de faire le chemin en sens inverse les sons des années 70-60 ont encore la saveur de la nouveauté. Dernièrement je commande mes CDs chez Smithsonian Folkways, c'est dire! (Et je plaisante pas.)
Bon, c'est dimanche et je crois que ça se voit que j'ai rien d'autre à foutre, là!
Juste un mot à propos du son : j'ai jamais eu l'original entre les oreilles mais j'ai toujours lu qu'il avait un son très crû, d'ailleurs dans le film Eudeline le trouve pas terrible (un signe que ça vaut le coup?) Moi ça me convient parfaitement, j'adore les chansons et le son.

Anonyme a dit…

Alain Kan, un PUNK dans l'âme et le sang. Contrairement à certain propriétaire de blog à la langue sale qui n'était même de la scène PUNK d'origine. Cette bande de PUNK était tous des anti-conformiste et vivait leurs vies en marge de toute convention. De vrai marginaux. Des vrais de vrais. Encore une fois, contrairement à de pauvre revisioniste trop ignare pour comprendre. C'est trop facile de collectionner des disques punk au lieu de vivre le PUNK.Je confirme avec connaissance que Alain Kan était PUNK de nature. Merde au revisioniste.

Anonyme a dit…

Approuve mon commentaire si tu as un peut de coeur.

jolicoeur a dit…

Non, c'est vrai ça, faut pas toucher aux idoles!

François a dit…

nous avons les mythes sue nous méritons.Alain kan , Ronnie bird pour les plus anciens que des petits maitres (ce n'est pas une injure)le premier aurait voulu être les Stones , les Who , les Them à la tout seul.Kan se serait bien vu comme une rencontre de Bowie , Marc bolan , Iggy pop et Lou Reed et tant qu'a faire de Marlene dietrich.L'enthousiasme les a sauvé ,le sépia leur va au teint .Le style aussi .Les pochettes sont superbes Pour le reste , seule la machine à rêver peut faire son oeuvre.

stogref a dit…

Alors comme çà Jolicoeur a du coeur? Haha, c't'un provocateur encore que c't' apôtre du désordre, oui!
Toutes mes plates s'cuses, eh m'sieur l'ano de 6h46:
http://www.deathburger.doodlekit.com/blog/entry/3694745/au-bonheur-des-dames-twist-

jolicoeur a dit…

Jolicoeur a toujours du coeur.
Dis moi Sto, tu t'attaques sévèrement à l'idole. Tu sais que c'est pas ça! Merde, c'est un peu notre Sid Vicious à nous Alain Kan, en plus de ça approuvé par Karl Zero et Eudeline, on peut pas permettre de critiquer. Mais je me tais...

stogref a dit…

Rien n'est sacré, et les idoles doivent tomber de leur piédestal un jour ou l'autre tu le sais bien, fussent-elles de bronze ou d'or dur.
Pas besoin de voir des effusions pour me dire "c'est un chic type", et mon Sid Vicous à moi c'est toi si je le veux, et d'ailleurs je le clamais pas plus tard qu'hier dans mon post sur les Insaints.
Sinon, François a très bien résumé l'affaire le 15 août dernier; un feu d'artifice qui est une machine à rêver pour certains... et pour les autres...

Libellés